LE TRAIT D’UNION MAG : Les burgers du succès

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
LE TRAIT D’UNION MAG : Les burgers du succès
Luc Adam possède cinq A&W, dont celui de Terrebonne situé sur le chemin Gascon et celui de Mascouche présentement en construction sur la montée Masson. Sa fille Kathleen se prépare à prendre la relève dans les années à venir. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

ENTREPRENEUR D’ICI

Luc Adam veut devenir entrepreneur depuis qu’il est tout jeune. Il ne lui restait qu’à trouver le domaine. Après avoir ouvert un casse-croûte, il a œuvré dans l’immobilier commercial pendant une quinzaine d’années avant de retourner à ses premières amours. Depuis, il est devenu propriétaire de cinq restaurants A&W, dont celui de Terrebonne.

Ayant grandi à Saint-Jean-de-Matha, M. Adam y amorce sa carrière d’entrepreneur alors qu’il n’a que 22 ans.

«Tout est parti de là», dit-il au sujet de son casse-croûte d’abord ouvert que l’été, qui se transforme en restaurant mi-familial, mi-sportif au fil des ans.

Deux ou trois ans après l’ouverture de ce premier restaurant, M. Adam le vend à sa sœur et se lance dans l’immobilier, principalement dans le secteur commercial. Quinze ans plus tard, constatant un ralentissement dans l’immobilier, il décide de racheter le restaurant.

Cinq plutôt qu’un

Luc Adam ne s’arrête pas là. En décembre 2002, il inaugure son premier A&W sur le chemin Gascon, à Terrebonne. Il ne cache pas que les premières années ont été plutôt difficiles, puisque la bannière ne jouissait alors pas de la même visibilité que maintenant. «À l’époque, A&W était très fort dans l’ouest, mais le « branding » n’était pas aussi bon au Québec.»

Il y a six ans, le restaurateur a acquis une autre succursale de la bannière à Boucherville, puis une troisième à Brossard trois ans plus tard. En 2019, il ouvrira deux autres restaurants de la chaîne, soit un sur la montée Masson, en juin, puis un autre à Carignan, en Montérégie.

Pourquoi A&W? «Parce qu’on fait un meilleur burger», répond M. Adam, du tac au tac. Lorsqu’on lui demande où il sera dans 5 ou 10 ans, M. Adam dit espérer être près de sa retraite. Mais il peut d’ores et déjà compter sur sa fille de 32 ans, Kathleen Adam, pour prendre la relève. «J’aime le concept A&W et j’aime la gérance. Je crois que j’ai la fibre entrepreneuriale, un peu comme mon père.» Comme quoi la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar