LE TRAIT D’UNION MAG : Propriétaire d’un premier studio de « pole dance » à Terrebonne

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
LE TRAIT D’UNION MAG : Propriétaire d’un premier studio de « pole dance » à Terrebonne
Chez Nomade Pole Dance Studio, Elloïse Paré propose notamment des cours de «pole dance» favorisant la musculation et la souplesse. (Photo : Pénélope Clermont)

ENTREPRENEURE D’ICI

C’est en Suisse, au début de l’âge adulte, qu’Elloïse Paré a effectué ses premiers pas en entrepreneuriat. Initiée au « pole fitness » sur le continent européen, elle a dès lors eu la piqûre, jusqu’à ouvrir trois studios de « pole dance ». De retour au pays depuis deux ans, elle vient tout juste de mettre sur pied Nomade Pole Dance Studio.

La Mascouchoise devenue Terrebonnienne admet être atterrie dans le monde de l’entrepreneuriat par hasard, même si le processus s’est fait naturellement. «Je vis de ma passion, décrit-elle. Je me suis lancée là-dedans à 18 ans, c’est ce que je connais. J’ai essayé de faire du 9 à 5, mais ça n’a jamais fonctionné. Le « pole dance » m’allume, j’aime enseigner.»

Ce qu’elle aime de la discipline à proprement parler? «C’est physique. Tu peux te sentir sexy et bien dans ton corps et tu t’entraînes en t’amusant. Chaque semaine, tu apprends de nouvelles figures et tu découvres de nouveaux muscles en même temps», lance-t-elle en riant.

Elloïse reconnaît qu’elle a choisi un domaine inusité, pourrions-nous dire. «Ce n’est pas un domaine facile parce que c’est moins connu au Québec, et en plus, j’ouvre l’été. Les gens ont moins le goût de s’entraîner», explique celle qui affirme que dans d’autres endroits du monde, la pratique est plus courante.

«En Suisse, par exemple, le « pole fitness » est considéré comme un sport, fait-elle savoir. Il n’y a aucune connotation sexuelle parce qu’il n’y a pas de « strip clubs » là-bas. Il y a même des compétitions et des championnats du monde de « pole fitness ».»

Au-delà des tabous

Selon la femme de 26 ans, les tabous viennent surtout des hommes. «Ce sont eux qui font le plus de commentaires négatifs. Les filles, de façon générale, veulent essayer et elles ont du « fun »», illustre celle qui propose d’ailleurs des cours pour des enterrements de vie de filles.

Contrairement à d’autres studios, Elloïse offre des cours d’exotique, c’est-à-dire de danse sexy. «Je me spécialise là-dedans. J’ai suivi des cours avec une championne du monde en Russie, évoque-t-elle. Souvent, les filles commencent avec le « fitness » et vont essayer l’exotique ensuite. C’est un bon complément. Un se fait sur une musique plus en rythmes et l’autre, plus physique.»

Est-ce pour toutes, le « pole dance »? «Oui! lance-t-elle sans hésitation. C’est sûr qu’au premier cours, toutes les filles ont les mains moites, mais elles réussissent toutes à réaliser au moins une figure. Si j’ai réussi à convaincre ma mère, qui vient maintenant tous les mardis, c’est vraiment pour tout le monde! Je donne même des cours à une fille de 7 ans.»

Pour l’été, des rabais sont offerts sur différents cours. Plus d’information au http://www.nomadepoledance.com.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar