LE TRAIT D’UNION MAG : Une page d’histoire se tourne

Par Gilles Bordonado
LE TRAIT D’UNION MAG : Une page d’histoire se tourne
«Le Trait d’Union» avait été fondé en 1976.

Comme éditeur et journaliste depuis 30 ans, c’est le cœur gros et avec regret que je vous annonce la fin de la publication du «Trait d’Union MAG» sous la forme que vous avez entre les mains actuellement.

À part de très rares exceptions, chaque région du Québec ne dispose que d’un seul journal papier sur son territoire. Le journal «La Revue» a réussi à en maintenir deux pendant trois ans et demi, le tout avec en parallèle la publication de trois journaux de quartier, du «Reflet économique» (sa version magazine et ses deux versions journal), du «Guide Rouge», de «L’Express des bonnes adresses» et d’une large gamme de cahiers spéciaux et de brochures. S’y ajoute la gestion de notre site Internet, de nos pages de réseaux sociaux, d’un site présentant des menus de restaurants, sans compter la publication récente du «Grand Journal» du 60e anniversaire de La Revue et le lancement d’une vaste campagne de promotion de l’achat local.

Très humblement, mener tout ça de front est un réel défi, voire un exploit. Cela met une pression indue sur le plan des ressources humaines et financières de l’entreprise. Il faut se rendre à l’évidence que cela ne pouvait plus durer.

Mais certains contenus développés dans «Le Trait d’Union MAG» lui survivront, en particulier ses chroniques spécialisées qui connaissent un grand succès. Plusieurs rubriques seront intégrées à «La Revue». Je pense ici aux «Dix questions à…», «Que sont-ils devenus?» et «Fabriqué ici». Je planche aussi sur un moyen de conserver le nom «Trait d’Union» à travers une section de «La Revue». Ce nom est riche en histoire et il serait malheureux qu’il disparaisse totalement de l’imagerie régionale. Parlant d’histoire, je profite de cet ultime texte pour rendre hommage aux artisans du «Trait d’Union».

Je souligne en particulier la vision de son fondateur, Pierre Vigneault, qui a été longtemps correspondant de Mascouche et ensuite journaliste à «La Revue», même si son départ et l’ouverture d’un nouveau journal gratuit à Mascouche avaient été plutôt mal reçus par Aimé Despatis et l’équipe de «La Revue» en 1976. Force est de constater que son initiative a connu un vaste succès. L’entreprise a prospéré longuement avant de passer entre plusieurs mains au cours des ans et de «La Revue» en octobre 2015.

Je salue ici tous les fidèles lecteurs et lectrices et annonceurs qui ont fait prospérer «Le Trait d’Union» au cours des ans et les invite à nous demeurer fidèles à travers nos différents produits, dont le vaisseau amiral qu’est «La Revue».

Au plaisir de vous y retrouver!

 

Gilles Bordonado

Président-directeur général, La Revue

Éditeur, Le Trait d’Union MAG

Partager cet article
GPAT

Commentez l'article

avatar