LE TRAIT D’UNION MAG : Une passion pour la mode

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
LE TRAIT D’UNION MAG : Une passion pour la mode
En 1994, Marie-Claude Poulin fondait sa propre entreprise spécialisée dans les robes de mariage et les robes de bal, la Boutique Mariclod (Photo : courtoisie)

ENTREPRENEURE D’ICI

Dans sa famille, Marie-Claude Poulin a toujours été entourée d’entrepreneurs. Son parcours semblait déjà bien tracé devant elle, puisqu’en 1994, cette dessinatrice de monde fondait à Saint-Lin sa propre entreprise, la Boutique Mariclod.

Plus jeune, Marie-Claude Poulin savait qu’elle travaillerait en mode, alors qu’elle observait souvent sa mère confectionner des vêtements.

«Il y avait aussi mon grand-père, dit-elle, qui allait à Montréal pour obtenir des contrats de couture. Il faisait travailler les femmes dans son rang. Donc, ma mère et moi avons plus ou moins toujours été dans la couture.»

Après l’obtention de son diplôme en 1984, la dessinatrice de mode a acquis beaucoup d’expérience chez deux importants manufacturiers situés sur la rue Chabanel à Montréal. «C’était les dernières belles années de ce quartier, se souvient-elle. Pendant mes emplois, j’ai pu participer à toutes les étapes de la réalisation d’une ligne de vêtements, de la conception à la production. J’ai aussi eu l’opportunité de voyager à travers le monde afin de connaître les tendances pour chaque saison.»

Son propre patron

Avec tout ce bagage, la dessinatrice de mode a réalisé une partie de son rêve. En 1994, Marie-Claude Poulin fonde, aidée de sa mère, la Boutique Mariclod, spécialisée dans les robes de mariage et les robes de bal. Son mantra : offrir un produit parfait à prix raisonnable tout en personnalisant le service.

Femme passionnée, Marie-Claude a remporté plusieurs prix. En septembre 2004, elle a reçu le grand prix du Bal des fleurs de Laval et en février 2005, elle a représenté le Québec lors de la Bataille des fleurs du Carnaval de Nice, où des dizaines de mannequins défilaient en lançant plus de 100 000 fleurs aux gens.

De plus, en 2013, elle mettait la main sur le prix coup de cœur du jury jeunesse de la campagne Derrière le miroir, une campagne qui prône le bien-être des gens. Elle s’est vu octroyer ce prix notamment pour son service personnalisé et la qualité des robes de bal.

Encore aujourd’hui, Marie-Claude rêve. Elle rêve de fonder une maison de haute couture. «Ça, c’est mon rêve ultime, mentionne-t-elle. Et peut-être que ce sera un projet mère-fille.» En effet, sa fille Maly passe par le même chemin, alors qu’elle étudie en mode au Cégep Marie-Victorin.

La pomme n’est clairement pas tombée loin de l’arbre, et à voir la passion que Marie-Claude nourrit en elle, on peut présumer qu’elle l’a parfaitement transmise à sa fille.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar