Le Vent du Nord souffle encore

Le groupe de musique traditionnelle Le Vent du Nord, dont fait partie le musicien Benoît Bourque, originaire de Terrebonne, vient de lancer son deuxième album, intitulé «Les amants du Saint-Laurent».

Philippe Pilette

Après le succès de «Maudite Moisson», qui a remporté le prix JUNO 2004 pour l’album traditionnel de l’année, les quatre musiciens du Vent du Nord viennent de lancer un deuxième CD. «Les amants du Saint-Laurent» contient 13 chansons dont plusieurs compositions originales. Chanson de menterie, complainte historique, chanson d’amour et plaisirs de la table, les musiciens abordent des thèmes variés dans des interprétations vivantes et colorées.

Comme pour le premier, ce nouvel album se distingue par la qualité des arrangements vocaux et instrumentaux. On y retrouve les sonorités de l’accordéon et du violon qui se mêlent à celles de la guitare, du piano et de la vielle à roue, accompagnées des percussions et de la podorythmie, le tout créant un mélange savoureux de musique traditionnelle colorée de diverses influences.

Ascension rapide

Fondé en 2002, Le Vent du Nord est formé de quatre musiciens du milieu de la musique traditionnelle. «Ç’a été très vite depuis qu’on a formé le groupe, raconte Benoît Bourque. Nous avons eu tout de suite des engagements, et ça n’a pas arrêté depuis. C’est un peu comme une recette : lorsqu’on a le bon mélange, le résultat est bon.»

Olivier Demers, Nicolas Boulerice et Simon Beaudry ont étudié la musique et ont pratiqué le jazz, le blues, la musique classique et populaire. «Leurs différentes influences se font sentir dans notre musique, c’est ce qui est intéressant», poursuit Benoît. Le musicien, qui vit maintenant à Verchères, revenait tout juste d’un spectacle à Saskatoon la veille de notre rencontre. «Je suis très content de cet album. On a eu plus de temps pour le fignoler. Tout est plus travaillé : les arrangements, les voix et les thèmes abordés», dit-il. Le titre de l’album est celui d’une des chansons du disque, composée par Nicolas, qui s’est inspiré d’une histoire du XVIIIe siècle.»

Au cours de la dernière année, Le Vent du Nord a voyagé dans plusieurs provinces canadiennes, ainsi qu’aux États-Unis et en Europe. Dans les prochains mois, les musiciens joueront dans plusieurs états américains et provinces canadiennes. Ils se produiront aussi en France, en Italie, en Malaisie et au Royaume-Uni. Au Québec, on pourra les entendre à Joliette alors qu’ils seront au Festival Mémoire et Racines en juillet. L’avenir s’annonce donc brillant pour Le Vent du Nord, et leur deuxième opus devrait connaître un grand succès auprès des amateurs de musique traditionnelle.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar