Les allocations de Michel Morin gardées en réserve

Jean-Marc Gilbert
Les allocations de Michel Morin gardées en réserve
Michel Morin n'a toujours pas reçu ses allocations de départ et de transition. (Photo: archives)

L’ex-conseiller Michel Morin devra encore patienter avant de savoir s’il pourra toucher ses allocations de départ et de transition totalisant plus de 100 000 $.

 

Le comité exécutif de la Ville de Terrebonne a adopté une résolution en ce sens, lors de sa réunion du 6 décembre, en se fiant à un avis juridique sur la question demandé par ce même comité il y a deux semaines.

«Il est à propos à ce moment-ci, comme administration municipale, de ne pas verser les sommes d’argent», nous explique le maire Marc-André Plante, dans un entretien téléphonique.

Le maire a refusé de s’avancer sur les raisons précises pour lesquelles les sommes ne seront pas versées et n’a pas voulu dévoiler les conclusions de l’avis juridique, mais indique que la décision prise par l’exécutif est basée sur le contenu des affidavits de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) ayant mené aux perquisitions effectuées au domicile de M. Morin et aux quatre coins de Terrebonne, en juillet 2016.

Rappelons qu’aucune accusation n’a été déposée en lien avec ce dossier.

Les montants des allocations seront mis en réserve dans les coffres de la Ville et resteront disponibles advenant que celle-ci doive un jour les verser à l’ex-conseiller.

La Revue a voulu demander à Michel Morin s’il avait l’intention d’entamer des procédures judiciaires pour mettre la main sur les montants des allocations, mais il ne nous avait pas rendu notre appel au moment de mettre sous presse.

 

Partager cet article

Commentez l'article

avatar