Les assemblées de quartier lancées

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Les assemblées de quartier lancées
Le maire Marc-André Plante a annoncé le lancement des conseils de quartier en compagnie de plusieurs conseillers municipaux. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Une promesse importante faite par l’Alliance démocratique de Terrebonne se réalise avec le lancement des assemblées de quartier. Les grandes lignes du projet-pilote qui s’échelonnera jusqu’à la fin de 2020 ont été présentées en conférence de presse le 1er mai.

D’ici la fin de 2019, les citoyens de chacun des 16 quartiers pourront assister à la naissance de ces assemblées, dont le but est de permettre des échanges directs entre citoyens, élus et fonctionnaires sur des enjeux ultralocaux.

La Ville a suggéré le thème de la circulation pour les 16 premières assemblées, puisqu’il touche l’ensemble de la population, dans tous les quartiers. «Depuis 18 mois, le comité de circulation a traité plus de 500 demandes des citoyens», rappelle le maire de Terrebonne, Marc-André Plante.

La toute première assemblée se tiendra le 23 mai au centre communautaire Marie-Victorin, dans le quartier 5, représenté par le conseiller municipal Serge Gagnon. Ce sera ensuite au tour de Robert Brisebois de recevoir les Terrebonniens de son quartier (district 14) le 30 mai, à l’école Bernard-Corbin. Des dates ont été prévues pour les assemblées des autres quartiers, mais celles-ci restent à être confirmées. Les citoyens recevront par la poste une lettre d’invitation à leur assemblée de quartier au moins 15 jours avant l’événement.

Composition et fréquence

Ceux qui espéraient s’impliquer de façon importante en siégeant à l’un de ces conseils de quartier seront déçus d’apprendre que le projet-pilote de la Ville ne prévoit pas, pour l’instant, de siège réservé pour les citoyens. «Nous ne l’excluons pas, mais nous préférons y aller étape par étape avec un cadre plus malléable, plutôt que d’arriver avec une structure trop lourde qui viendrait décourager les citoyens», explique le maire Marc-André Plante. Dans les quartiers où on retrouvera une plus grande mobilisation citoyenne, la formule pourrait être adaptée. «Le projet-pilote est un plancher, un minimum de ce que nous voulons faire dans les 18 prochains mois. Tenter d’atteindre l’objectif final d’un seul coup aurait peut-être moins bien fonctionné», juge le premier magistrat.

Ainsi, pour l’instant, on retrouvera à la table le conseiller du quartier, un membre du comité exécutif, un fonctionnaire ainsi qu’un représentant des communications. Un compte-rendu de chacune des séances sera rédigé et rendu public.

Pour l’année 2020, on prévoit un minimum de deux rencontres par quartier. Des rencontres facultatives peuvent s’ajouter sur des enjeux spécifiques, selon la disponibilité des ressources humaines, financières et matérielles.

Au terme du projet-pilote, en décembre 2020, un rapport sera remis au conseil municipal qui décidera des suites à donner à l’expérience.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar