Les bacs bruns dans les écoles

Pénélope Clermont
Les bacs bruns dans les écoles
Jean-François Trottier et Marie-Ève Lamontagne, de l’école de la Sablière, Thomas Duzyk, président de la Commission scolaire des Affluents, Marc-André Plante, maire de Terrebonne, Paule Fortier, présidente de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, et Yan Maisonneuve, conseiller municipal et président de la Commission du développement durable, de l’environnement et du transport collectif. (Photo : Pénélope Clermont)

Après l’implantation de la collecte organique dans Les Moulins en mai, la Ville de Terrebonne annonce que le bac brun fera son entrée dans tous les établissements scolaires de son territoire d’ici la fin de l’hiver.

C’est dans les locaux de l’école de la Sablière, qui accueille un projet pilote en ce sens depuis l’an dernier, que l’annonce s’est déroulée, le 23 octobre, durant la Semaine québécoise de réduction des déchets.

Rappelant le rôle crucial des écoles et des membres du personnel dans la vie des enfants, mais aussi pour la planète, le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, a souligné la volonté de la Municipalité de s’établir comme leader en matière environnementale.

«En 2019, les élèves, les enseignants et le personnel de toutes les écoles de Terrebonne pourront contribuer à l’atteinte de nos objectifs pour la collecte des matières organiques. C’est non seulement écologique, c’est aussi économique», a-t-il dit en se réjouissant des 20 000 tonnes de matières organiques récoltées par les Terrebonniens qui participent à la collecte depuis son implantation.

«L’annonce d’aujourd’hui est importante parce qu’elle ajoute un maillon essentiel à la collecte des matières organiques : celui de la jeunesse, de l’avenir. Les enfants pourront, dès l’an prochain, prouver à quel point l’utilisation du bac brun est facile au quotidien», a expliqué Yan Maisonneuve, conseiller municipal et président de la Commission du développement durable, de l’environnement et du transport collectif.

Les enfants, les meilleurs ambassadeurs

Un élément qu’ont confirmé Marie-Ève Lamontagne et Jean-François Trottier, respectivement enseignante et directeur à l’école de la Sablière. «Au quotidien, c’est tellement simple qu’il n’y a pas eu grand-chose à expliquer, a relaté Mme Lamontagne. L’environnement faisait déjà partie de notre curriculum et nous connaissions déjà la Patrouille environnementale, qui est d’ailleurs venue dissiper les craintes de certains et nous a fourni un service clés en main avec un accompagnement et des ateliers éducatifs. Ça a été facile d’implanter les changements chez les enfants, qui n’offrent pas autant de résistance que les adultes.»

Saluant l’initiative, le président de la Commission scolaire des Affluents, Thomas Duzyk, a tracé un parallèle avec l’époque où on tentait d’implanter le recyclage dans les habitudes de vie. «Je nous souhaite que ça réussisse. C’est ça, l’avenir de notre planète», a-t-il conclu avec optimisme.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar