Les belles d’autrefois en mettent plein la vue

Par Stéphane Fortier
Les belles d’autrefois en mettent plein la vue
Les jeunes sont toujours fascinés par les belles d’autrefois.

Encore une fois, l’Île-des-Moulins laissait toute la place à la nostalgie en ce 8 septembre alors que, ce coup-ci, ce sont les voitures antiques qui étaient de retour pour une 21e année.

Des milliers de visiteurs se sont donné rendez-vous pour admirer ces belles d’autrefois, lesquelles provenaient de membres de Voitures anciennes et classiques de Montréal (VACM). En fin d’avant-midi, le parc était déjà rempli avec plus de 500 véhicules, nombre frôlant presque les 600 en début d’après-midi. «Nous avons été obligés de fermer les portes aux voitures qui arrivaient après 12 h 30. Pour les visiteurs arrivés plus tôt, cela leur laisse la chance de voir tous les véhicules et aussi, c’est plus juste pour les propriétaires de voitures inscrites en ce qui a trait aux tirages que l’on effectue au cours de la journée, soit 3 000 $ en argent au total», d’indiquer André Fortin, président du VACM.

En effet, dès 6 h, les premières voitures antiques défilaient dans les rues de Terrebonne en direction de l’Île-des-Moulins. «Il s’agit, aujourd’hui, de la dernière de nos quatre expositions de la saison et c’est sans doute l’une, sinon la plus courue de nos membres. Terrebonne est vraiment le cadre idéal pour ce genre d’événement. Des propriétaires de véhicules nous viennent de l’Abitibi et même du Nouveau-Brunswick», mentionne le président avec fierté.

Pour tous les goûts

Il y en avait pour tous les goûts lors de la 21e exposition de voitures antiques à l’Île-des-Moulins.

L’exposition offrait cette année des modèles datant des années 1910-1912 à 1994, dernière année d’éligibilité pour qu’une voiture soit reconnue comme étant antique. «Dans  notre exposition, la grande majorité sont des modèles américains, ceux avec lesquels les Québécois sont le plus familiers, mais il y en avait aussi provenant d’Europe, soit de l’Allemagne, de France ou d’Angleterre, précise André Fortin. Je dirais que 75 % sont des modèles antiques et 25 % des voitures modifiées ou hot rod», poursuit-il.

Certains propriétaires possèdent plusieurs véhicules. «Il y a des membres qui peuvent en posséder une quarantaine. Et quant à leur valeur, je dirais qu’elles sont, en général, évaluées entre 20 000 $ et 100 000 $», nous dit M. Fortin, qui révèle qu’une voiture a déjà été évaluée à…1 M$.

Et ce qui intéresse le plus les visiteurs? «Les jeunes s’intéressent aux voitures puissantes, mais la plupart des gens veulent revoir les modèles qu’ils ont connus quand ils étaient jeunes», de répondre André Fortin.

Une chose est certaine, les voitures antiques seront de retour à Terrebonne pour une 22e année en 2020.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar