Les députés fédéraux mettront de la pression

Gilles Fontaine
Les députés fédéraux mettront de la pression
Pour Michel Boudrias, le gouvernement fédéral a une occasion rêvée d’assurer le plein emploi aux trois chantiers maritimes, dont la Davie, pour les 20 prochaines années. Une situation gagnant-gagnant, selon lui. (Photo : Gilles Fontaine)

L’éthique, les paradis fiscaux, le chantier maritime de la Davie et la légalisation du cannabis seront des sujets chauds dont comptent débattre les députés de Terrebonne et de Montcalm du Bloc Québécois, Michel Boudrias et Luc Thériault, qui mettront de la pression sur le gouvernement.

«L’éthique n’est pas un sujet qu’on peut passer sous silence», lance Luc Thériault. «Il faut poursuivre la pression et la sensibilisation auprès des gens. S’ajoutent maintenant d’anciens libéraux qui semblent vouloir être aux premières loges quant à la production de cannabis avec des entreprises situées dans des paradis fiscaux. Nous nous devons d’intervenir», ajoute le député.

«Le PLC est enseveli sous les scandales, opine Michel Boudrias. Nous n’avons qu’à penser au voyage de Justin Trudeau chez l’Aga Khan, aux investisseurs chinois et aux affaires du ministre Morneau. Mais pour une raison que j’ignore, ça ne semble pas offusquer la population. Il faut donc en débattre sérieusement et dire les vraies affaires. »

Cannabis et improvisation

«Nous voyons tous que le gouvernement improvise. Personne n’est prêt et ne le sera. Nous avons entendu que le gouvernement entrevoyait une modification de la date d’entrée en vigueur de la loi légalisant le cannabis. Il ne faut pas se leurrer, Justin Trudeau ne voudra certainement pas associer son entrée en vigueur avec la fête du Canada. On se trompe si on pense qu’il se soucie de la population, critique Michel Boudrias. Les services de police, poursuit-il, n’ont pas l’équipement approprié et les municipalités risquent de faire les frais de cette légalisation.»

Chantier maritime

L’un des sujets sensibles pour Michel Boudrias et le BQ est très certainement le chantier maritime de la Davie à Lévis. «Le gouvernement fédéral, propose le député Boudrias, pourrait faire une pause dans sa stratégie d’acquisition maritime et apporter quelques correctifs nécessaires pour l’améliorer. Les libéraux ont une occasion rêvée d’assurer le plein emploi aux trois chantiers maritimes, dont la Davie, pour les 20 prochaines années. C’est à notre sens gagnant-gagnant pour tous.»

L’ouverture qu’a semblé montrer Justin Trudeau quant à l’octroi de contrats à la Davie, notamment pour des brise-glace, ne semble pas convaincre les députés Boudrias et Thériault. «Pour l’instant, les petits contrats ne suffisent pas et pour le reste (brise-glace), ce ne sont que des mots. Le BQ ne lâchera pas le morceau. La Davie a prouvé son efficacité. Il ne manque qu’une vraie volonté politique», mentionne Luc Thériault.

Donc, le BQ risque de se faire entendre sur de nombreux sujets pendant la prochaine session parlementaire et probablement jusqu’aux élections fédérales de 2019.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar