Les élus locaux ravis, d’autres se questionnent

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Les élus locaux ravis, d’autres se questionnent
L'élargissement de la route 337 dans le secteur La Plaine fait partie des 202 projets compris dans le projet de loi 61, déposé le 3 juin à l'Assemblée nationale. (Photo : Pénélope Clermont)

PROJET DE LOI 61

Le projet de loi 61, « visant la relance de l’économie du Québec », que le gouvernement Legault tentera de faire adopter avant la fin de la session parlementaire, le 12 juin, permettrait l’accélération de nombreux projets d’infrastructures, de quoi réjouir les élus locaux. Mais plusieurs se questionnent sérieusement sur certaines dispositions prévues dans ce projet de loi omnibus.

La construction d’une maison des aînés à Mascouche et d’une école secondaire à Terrebonne, l’agrandissement de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur ainsi que l’élargissement de la route 337 dans le secteur La Plaine font partie des 202 projets que l’on retrouve en annexe du projet de loi de 38 pages, déposé le 3 juin à l’Assemblée nationale.

L’aménagement d’une voie réservée à gauche sur l’autoroute 25 Nord, entre l’autoroute 440 et le pont Mathieu (Île Saint-Jean), ainsi que le prolongement de l’autoroute 19, entre Laval et Bois-des-Filion, sont d’autres projets cités qui plairont à plusieurs Moulinois.

Les élus emballés

La députée de Les Plaines, Lucie Lecours, qui a fait de l’élargissement de la route 337 sa priorité depuis son élection au sein de la Coalition Avenir Québec, espère une entente unanime en chambre. « C’est un besoin, en lettres majuscules, pour les citoyens de ce secteur. Cette fois, il faut que ce soit la bonne, affirme-t-elle, faisant référence aux annonces d’élargissement qui ne sont pas concrétisées par le passé. Je me suis assurée que ça fasse partie du projet de loi. »

Le document mentionne que l’élargissement se fera entre les rues Rodrigue et Philippe-Chartrand. Or, dans les plus récentes versions du projet, il était question d’élargir jusqu’à la rue Guillemette, 800 mètres au nord de Philippe-Chartrand. « On va s’assurer que ce soit le projet au complet », répond Mme Lecours. Le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, dit avoir obtenu une confirmation en ce sens. « Il y aura un réalignement des voies qui va permettre de la fluidité jusqu’à Guillemette, en utilisant tout l’empiétement possible », informe-t-il.

« Nous sommes vraiment satisfaits. Pour la première fois en 20 ans, nous avons l’impression que les projets sur la couronne nord font partie des priorités gouvernementales », ajoute M. Plante.

Il souligne finalement que l’école secondaire dont il est question sera construite tout près du futur quartier général de la police (avenue Claude-Léveillée).

Le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, se montre aussi enthousiaste : « Certains des projets qui seront accélérés par le projet de loi sont attendus depuis plusieurs années dans la région. La construction d’une maison des aînés à Mascouche représente également un service de plus. Je vois donc le projet de loi d’un bon œil, d’autant plus qu’il répond également à des demandes formulées par l’Union des Municipalités du Québec afin de faciliter la relance économique des municipalités. Est-ce qu’il peut être amélioré? Certainement, et je suis optimiste qu’il le sera. »

Les coûts prévus pour l’ensemble des 202 projets et les échéanciers de réalisation ne sont pas connus avec précision pour l’instant.

Craintes

Parmi les mesures d’accélération proposées dans le projet de loi, on note la possibilité de « remplacer certaines dispositions de la Loi sur la qualité de l’environnement par des dispositions permettant d’alléger et d’accélérer les processus» et d’utiliser une « procédure d’expropriation allégée » au besoin. Le projet de loi permettrait aussi au gouvernement, en matière contractuelle, « de déterminer des conditions différentes de celles qui sont prévues par la Loi sur les contrats des organismes publics » pour deux ans, en plus de prévoir « une immunité de poursuite judiciaire pour le gouvernement, un ministre ou un organisme public » pour les actes accomplis de bonne foi.

Toutes ces propositions suscitent des craintes exprimées par les partis d’opposition. « Le gouvernement s’arroge des pouvoirs inédits dans l’histoire moderne du Québec », a affirmé le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, en entrevue à Radio-Canada. « Réduire les délais, ça ne veut pas dire nécessairement contourner les lois », a spécifié la chef du Parti libéral, Dominique Anglade.

Des milliers d’internautes ont réagi sur les réseaux sociaux et au moins trois pétitions en ligne ont été lancées contre le projet de loi ou contre une disposition de celui-ci. Au total, plus de 140 000 signatures avaient été récoltées au moment de mettre sous presse.

Le 8 juin, en conférence de presse, le premier ministre François Legault a réitéré « qu’il n’est pas question de faire un bâillon » pour adopter ce projet de loi et qu’il a bon espoir de le bonifier en travaillant en collaboration avec les partis d’opposition. Mardi, M. Legault s’est même montré ouvert à prolonger la session parlementaire, si nécessaire.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar