Les libéraux fiers de leur campagne

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Les libéraux fiers de leur campagne
Frédéric Beauchemin et Isabel Sayegh, qui ont travaillé fort pour convaincre les électeurs moulinois de voter pour eux, auraient préféré de meilleurs résultats. (Photo : archives)

Même si les Moulinois n’ont pas voté en leur faveur, les candidats libéraux Frédéric Beauchemin (Terrebonne) et Isabel Sayegh (Montcalm) se disent fiers de la campagne qu’ils ont menée au cours des 40 derniers jours.

C’est un Frédéric Beauchemin aussi fébrile que confiant que La Revue a rencontré à quelques minutes de la fermeture des bureaux de scrutin au Québec. Entouré d’une quinzaine de bénévoles réunis dans son local électoral du boulevard des Seigneurs, il a tracé un bilan positif de sa toute première campagne à titre de candidat.

«J’ai vécu une expérience extraordinaire et rencontré des gens d’une générosité exceptionnelle qui me parlaient comme si j’étais un frère», a-t-il témoigné.

Acquis conservés

En fin de soirée, alors que la victoire de Michel Boudrias semblait de plus en plus évidente, M. Beauchemin a préféré voir le positif derrière la défaite en qualifiant les résultats «d’exceptionnels dans le contexte».

«Nous avons conservé nos acquis dans Terrebonne, avec un pourcentage pratiquement identique à celui de 2015 (29,1 % cette année et 28 % en 2015). Malgré la vague bloquiste que nous avons vue dans la région, nos acquis n’ont pas bougé d’un iota», a expliqué le directeur général et chef des marchés des capitaux de la Banque Scotia.

Celui qui s’offrira une «cure de sommeil» au cours des prochains jours ne sait pas encore s’il continuera de s’impliquer et si oui, de quelle façon il entend aider le PLC. Il considère néanmoins que son chef, Justin Trudeau, dirigera un «gouvernement minoritaire fort».

«Belle expérience humaine»

Jointe au téléphone, la libérale de Montcalm, Isabel Sayegh, continuera pour sa part son travail d’enseignante en conservant d’excellents souvenirs de cette «belle expérience humaine», elle qui était candidate pour la première fois au fédéral, après avoir tenté de sa chance au municipal il y a quelques années.

«Nous avons mené une campagne positive. Nous avons fait ce que nous pouvions, mais les citoyens ont choisi autre chose que ce que nous leur offrions», constate celle qui a recueilli la faveur de 20 % des électeurs de Montcalm. Elle dit avoir eu des «échanges stimulants» et parlait presque comme quelqu’un qui avait envie de replonger dans l’aventure un jour. «Je suis toujours partante quand on a besoin de moi pour m’impliquer dans la communauté», a-t-elle conclu à ce sujet.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar