Les montagnes de Yannick

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Les montagnes de Yannick
Yannick Wistaff (à gauche) a rencontré Jonathan Boucher après une entrevue à La Revue. Depuis, c’est l’amour. (Photo : Gilles Fontaine)

Atteint du VIH, Yannick Wistaff a dû gravir plusieurs montagnes depuis qu’il a reçu son diagnostic en 2009. Pour se refaire un moral, il a bénéficié du soutien de la Maison Sainte-Famille Tom-Dee, qui était auparavant situé à Lachenaie. À l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le sida qui se tiendra le 1er décembre, nous avons rencontré à nouveau Yannick.

C’est à la suite d’une agression que Yannick a contracté le VIH. La peur et la honte ont surgi en lui. Malgré cela, il a affronté chacune de ses batailles avec un seul objectif : retrouver une vie qu’il apprécie.

«Il y avait peu de gens qui connaissaient ma condition. Seuls des amis à moi le savaient», mentionne-t-il.

La maladie, la famille, l’amour et l’argent sont devenus des combats, sinon des objectifs. C’est d’ailleurs à la suite de l’entrevue qu’il nous a accordée en 2009 que Yannick a trouvé l‘âme sœur.

Rencontre avec l’âme sœur

«Lorsque j’ai lu l’article, l’histoire de Yannick m’a beaucoup touché. Et honnêtement, je le trouvais super beau, se rappelle Jonathan Boucher. J’ai commencé des recherches pour le rencontrer. J’avais vraiment envie de jaser avec lui. Je trouvais très éclairé et il m’attirait beaucoup.»

Yannick et Jonathan sont mariés depuis 2010 et sont heureux.

Le combat le plus difficile pour Yannick est la recherche d’emploi. «Actuellement, tout ce que je souhaite, c’est de me trouver une job. J’ai hâte de me sentir utile à nouveau et de redevenir un actif pour la société», dit-il.

Doté d’un côté humain très puissant, il aime s’occuper des gens. Il l’a déjà fait dans une résidence de 64 personnes.

Du côté de la santé, Yannick sait qu’il fera face à certains problèmes. Il a appris, il y a quelques semaines, qu’il devra maintenant vivre avec le diabète de type 1. «Ce n’est pas évident. Je dois faire doublement attention à ce que je mange et à ce que je fais. En fait, je dois beaucoup modifier mon mode de vie. Mais je ne lâche pas et j’essaie d’avancer», conclut-il.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar