Les personnes impliquées réagissent

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert

DÉCLARATION DE CAROLINE DESBIENS

La Revue a demandé aux organismes cités dans la déclaration de Caroline Desbiens et à Jeannine Cossette, présidente du comité de jumelage entre Terrebonne et Vitré, de donner leur version des faits.

Marie-Thérèse Brousseau, de Créations Bliz-Arts, et Patricia Lebel, de la SODAM, affirment que les explications de la conseillère municipale sont fidèles à la réalité.

Jeannine Cossette a un tout autre avis. Il est vrai que Mme Cossette a suggéré à Vitré le nom du conjoint de Mme Desbiens. Mais il serait faux de prétendre que Vitré n’a pas retenu sa candidature. Selon Mme Cossette, le comité de jumelage de Vitré aurait décidé, pour des raisons qui lui appartiennent, que le conjoint de la conseillère municipale ne pourrait être hébergé chez une famille de Vitré, comme c’est habituellement le cas lors des voyages de jumelage. Il aurait dû séjourner dans un hôtel. Le comité de jumelage ne s’opposait toutefois pas à ce qu’il soit du voyage et qu’il offre une prestation musicale, affirme Mme Cossette.

L’Alliance démocratique Terrebonne (ADT) reste campée sur ses positions. Selon Alain De Choinière, chef de cabinet du maire de Terrebonne, « certaines informations sont erronées » dans la déclaration de Mme Desbiens. L’ADT croit toujours que ses agissements constituent des « actes répréhensibles en matière d’éthique et de déontologie municipale ».

Au final, Mme Desbiens et son conjoint n’ont pas fait le voyage à Vitré. De plus, le conjoint n’a finalement jamais siégé au conseil d’administration de Bliz-Arts et n’a pas participé au Festival Grande Tribu, à la suite de « pressions » que l’élue dit avoir subies.

 

Lisez l’article portant sur la déclaration de Caroline Desbiens ainsi que celui exposant les faits qui lui sont reprochés par l’ADT.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar