L’espoir pour continuer de vivre

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
L’espoir pour continuer de vivre
Michel Pilon, président du Centre de prévention du suicide de Lanaudière, Joyce Lawless, directrice de l’organisme, et Ghyslain Dufresne, porte-parole. (Photo : Pénélope Clermont)

«Mettre l’espoir de l’avant, c’est se permettre d’entrevoir les jours meilleurs quand ça ne va pas, mais c’est aussi aider une autre personne à traverser la tempête», souligne Michel Pilon, président du Centre de prévention du suicide de Lanaudière (CPSL).

L’espoir, c’est ce qui a permis et permet encore à M. Pilon de vivre depuis le décès par suicide de sa fille, il y a 20 ans cette année. Et c’est le message qu’il lance aux côtés du CPSL à l’occasion de la Semaine nationale de la prévention du suicide (SPS), du 3 au 9 février, avec le thème Je mets l’espoir de l’avant.

Plusieurs partenaires se réunissent pour partager cet espoir, alors que trois personnes par jour s’enlèvent la vie au Québec. C’est moins qu’il y a 20 ans – on parlait alors de quatre décès par jour –, mais c’est encore trop. «L’édition 2019 de la SPS rassemble 96 collaborateurs. […] Un soutien qui nous touche et nous incite à repousser nos limites», témoigne Joyce Lawless, directrice de l’organisme.

Parmi ces collaborateurs, on compte les villes de Terrebonne et de Mascouche, qui mettent de l’avant différentes actions en lien avec la prévention du suicide. Les écoles secondaires dans lesquelles un réseau de sentinelles (adultes volontaires formés pour intervenir auprès de personnes suicidaires) est implanté procèdent également à des activités de sensibilisation. À Mascouche, on note l’école L’Impact.

Comme chaque année, le CPSL cible également des groupes plus vulnérables à la détresse. Par la nature de leur travail, les policiers, pompiers, ambulanciers et répartiteurs sont sensibilisés par l’organisme au cours de cette semaine.

Rappelons enfin que si vous avez besoin d’aide ou que vous êtes inquiet pour une personne de votre entourage, vous pouvez composer sans hésiter le 1 866 APPELLE.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar