L’humour doux de Katherine Levac

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
L’humour doux de Katherine Levac
Photo : Marianne Plaisance

«Si ce que je fais te choque, ne va pas voir Mike Ward après!» lance Katherine Levac lorsqu’on lui demande si elle a déjà choqué avec ses blagues. Avec un titre comme Velours, son premier spectacle solo, l’humoriste n’attise certainement pas la controverse, elle en appelle à la douceur, ce qui ne l’empêche pas de maîtriser à la perfection l’art du sarcasme et de l’ironie.

C’est avec des personnages comme Paidge Beaulieu et Rebecca-Sophie que la Franco-Ontarienne s’est fait connaître du grand public. Pour Velours, en tournée depuis environ deux ans – l’artiste elle-même n’en est pas certaine –, Katherine Levac se présente dans sa forme la plus authentique : elle-même. Sans être dépourvue bien sûr de ses côtés candide, pince-sans-rire et un brin absurde qui la caractérisent si bien.

Ce personnage de scène l’habite depuis ses années d’improvisation, avant même son entrée à l’École nationale de l’humour, selon ses dires. «C’est un personnage qui s’est développé naturellement quand je faisais de l’impro, du secondaire à l’université. Plus je vieillissais, moins j’avais envie de jouer des personnages. J’aimais rester moi-même», confie la principale intéressée qui se plaît à jouer «avec le dimmer» de sa personnalité, selon le public qui se trouve devant elle.

«Je peux aller vers l‘ironie ou le sarcasme, mais si je vois que le public est moins réceptif, je deviens plus funny et nounoune pour faire passer le même propos. Ce sont des détails minimes, le spectacle reste le même», décrit-elle.

Deux visites à Terrebonne

Impossible donc de savoir quelle personnalité la récipiendaire de l’Olivier Découverte en 2015 mettra de l’avant les 14 novembre et 31 janvier lors de ses passages au Théâtre du Vieux-Terrebonne. Chose certaine, elle abordera ces petites choses de la vie qu’elle arrive à utiliser pour traiter de problématiques plus sérieuses, comme le système de santé, la place des femmes dans la société ou la protection de la langue française.

Ceux qui s’attendent à ce qu’elle reprenne le numéro qu’elle a offert durant le Festival Juste pour rire et par l’entremise duquel elle affirmait être en couple avec une femme devront prendre leur mal en patience. Cet aspect de sa vie sera peut-être du prochain spectacle, mais certainement pas de celui-ci. «Je pense beaucoup au deuxième show, à l’angle et aux mille sujets que je veux aborder», mentionne celle qui ne se voyait pas pour autant modifier le contenu de Velours.

«Je prends des notes pour plus tard, mais je pense que c’est un piège de changer le contenu d’un show. Tant qu’à ça, change de show!» résume-t-elle.

De toute façon, il n’y avait rien à changer, ajoute-t-elle : «Je trouve ça encore difficile d’aller sur une date et je suis encore très prude quand il est question de sexualité. Je ne peux pas avoir de sexe si je ne connais pas la personne.»

Se plaire à soi

Après deux ans de tournée, et une autre tournée de supplémentaires à venir pour Velours, la finaliste pour l’Olivier de l’année au Gala Les Olivier 2019 continue sa progression enviable à travers une multitude de projets. On l’a entre autres vue dans Paparagilles, Les 5 prochains, Le nouveau show, Like-moi, SNL Québec et bien d’autres. Si la scène est son «affaire préférée au monde», elle se considère gras dur d’avoir accès à toutes ces opportunités.

Pour ne pas s’y perdre, elle n’essaie pas d’être quelque chose qu’elle n’est pas. Avec un public aux âges et aux références très variés, il serait facile de ne toucher personne à force de vouloir toucher tout le monde. «Je ne me laisse pas influencer par tout ce qu’on me dit. C’est ce dont je suis le plus fière dans cette tournée, fait-elle savoir. Je veux d’abord me plaire à moi.»

Comme le dit le proverbe de Carl R. Rogers : What is most personal is most universal (Ce qui est le plus personnel est le plus universel).

***

Pour assister au spectacle que Katherine Levac présentera au Théâtre du Vieux-Terrebonne les 14 novembre et 31 janvier à 20 h, procurez-vous des billets au 450 492-4777 ou en visitant le www.theatreduvieuxterrebonne.com.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar