Libre opinion

Gilles Bordonado

Une jeunesse inspirante

Cette fin de semaine, huit orchestres, dont un de Terrebonne, se produisaient à l’occasion du 16e Festival des orchestres de jeunes du Québec. Malgré leur jeune âge, ces centaines de virtuoses en ont mis plein les oreilles aux spectateurs venus les écouter.

Encadrés par des chefs de renom, ces artistes ont offert des prestations à couper le souffle. Personnellement, je suis toujours touché par ces concerts, où l’on sent que des centaines, voire des milliers d’heures de travail et d’efforts touchent à leur aboutissement.

Ces jeunes ne sont pas des professionnels, ils sont en formation, et la plupart de ces adultes en devenir ne gagneront pas leur vie par la musique. Cette vie musicale demeurera pour eux une magnifique opportunité de gagner en confiance en se produisant vaillamment avec leurs pairs devant une audience. Plus d’un adulte n’aurait pas ce courage. 

Chaque semaine, je regarde nos pages et j’y trouve une jeunesse inspirante. Chaque semaine, nous publions des photos et des articles présentant les noms de centaines de jeunes qui réalisent de grandes choses, à leur mesure.

Qu’ils soient membres d’équipes sportives, artistes dans des troupes de danse ou de théâtre, élèves dans des groupes scolaires mettant sur pied des projets environnementaux, scientifiques et autres, ou bénévoles au sein de diverses organisations, ces jeunes réalisent de grandes choses, tout en se réalisant eux-mêmes.

Dans certains cas, ils ont l’âge de rêver et d’idéaliser la société dans laquelle ils espèrent vivre. Ils se bâtissent un sens des valeurs et du leadership. Ils développent une plus grande confiance en eux et un meilleur esprit d’équipe. Ce sont des atouts qu’ils conserveront toute leur vie.

Pour ma part, je ne serais pas le dirigeant d’entreprise que je suis sans toutes ces années à pratiquer le soccer, mais aussi et surtout sans ces 25 années de bénévolat comme entraîneur et administrateur. Le petit gars timide que j’étais ne serait pas devenu l’homme confiant que je suis sans cela.

Je regardais, en ce dimanche de Pâques, ces «apprentis» musiciens et je me disais que ces jeunes étaient loin d’être des nuisances à la société. Il y a de mauvais journalistes, de mauvais avocats, de mauvais ingénieurs, de mauvais enseignants et il y a aura inévitablement de mauvais jeunes, mais tous ne seront pas mauvais. La généralisation est ici bien mauvaise conseillère.

Je voyais ces jeunes musiciens, certains portant le carré rouge de la lutte contre la hausse des droits de scolarité à l’université, et je me disais que ceux-ci, à l’instar des centaines de milliers d’autres jeunes, s’exprimaient de façon démocratique et dans un calme qui les honorait. Ils mènent une lutte sociale louable et prennent eux aussi confiance en eux à travers cette lutte.

Je trouve que nous avons une jeunesse québécoise beaucoup plus inspirante que certains entendent à le dire.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar