Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Tanné du trafic?

Quand tu n’as pas le choix, tu n’as pas le choix. Mais du choix, il y en a maintenant. Avec la croissance économique exponentielle de la région, ce sont des centaines, voire des milliers de postes qui sont à pourvoir ici, aujourd’hui, chez nous, à Terrebonne et à Mascouche.

Je sais que vous êtes, comme nous tous, pris dans votre train-train quotidien. La routine s’installe… à l’instar des bouchons sur les autoroutes.

Vous qui passez des heures et des heures dans votre voiture, quand vous êtes-vous arrêté la dernière fois pour réfléchir sérieusement à votre situation, aux longues heures que vous passez à chercher un raccourci pour arriver plus vite au bureau le matin et à la maison le soir? Je pense que vous méritez mieux que de perdre deux à trois heures par jour dans votre voiture pour aller gagner votre croûte à Montréal, à Laval, sur la Rive-Sud ou ailleurs sur la Rive-Nord.

Quatre options s’offrent à vous, à mon avis.

La première est le statu quo, une solution qui ne m’apparaît pas idéale, à moins que vous n’ayez d’autres choix, que ce soit pour des raisons professionnelles ou scolaires.

La deuxième est le transport en commun et le covoiturage, une solution sensée et «mitoyenne» qui vous permet de réduire vos frais de transport et surtout un peu le temps passé en déplacement. Mais avec les bouleversements prévisibles à cause du REM, l’absence d’une voie réservée décente sur la 25 à partir de Mascouche, ainsi qu’à Laval en direction de Terrebonne et sur les autres autoroutes qui nous desservent, rien n’est encore optimal.

La troisième est le télétravail, qui ne s’applique pas à tous les employés.

La quatrième, et c’est celle que je vante dans le présent texte, est de faire un pied de nez à une grande partie du trafic en misant sur un emploi ici, dans la région. Les bougonneux nous rappelleront qu’il y a aussi des bouchons ici, surtout les jours de tempête, mais vous serez loin des heures perdues par vos voisins voyageant vers Montréal de 6 h 30 à 9 h et vers Les Moulins de 16 h 30 à 18 h.

(Petit aparté, souvent, ces bougonneux sont les mêmes qui crient au meurtre parce qu’on coupe des arbres pour construire des logements dont les habitants viennent congestionner nos belles rues. Ces bougonneux oublient qu’ils se sont pour la plupart installés ici sur des terrains auparavant boisés pour construire leur précieuse maison. Deux poids, deux mesures… Bon, c’est dit.)

Revenons aux navetteurs, qui représentent 50 % des travailleurs de la région. Pourquoi ne pas rejoindre les 50 % qui œuvrent déjà ici?

Cette semaine, La Revue propose trois pages et demie d’offres d’emplois dans sa section de petites annonces. De plus, comme l’annonce notre Reflet économique en jaquette du journal, ces vendredi et samedi se déroule la 20e édition du Salon de l’emploi des Moulins au Centre de formation professionnelle des Moulins. Croyez-moi, il y a des emplois pour tout le monde.

Tanné du trafic? C’est le temps d’agir et de bouger. Vous le méritez bien.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar