Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Réserve

La Ville de Terrebonne a prolongé la réserve foncière sur l’ancien golf du Boisé d’en haut de Lachenaie. C’est une décision parfaitement logique dans les circonstances, puisque l’avenir de ce grand terrain à fort potentiel demeure incertain et inconnu.

Si le propriétaire a laissé entendre par le passé qu’il pourrait être tenté d’y développer un secteur domiciliaire, les voisins ont clairement indiqué qu’ils n’entrevoyaient pas la chose du même œil. Une vision largement partagée par les autorités municipales.

Le maire a souligné que la Ville pourrait éventuellement exproprier le terrain «si le prix est raisonnable». La définition du terme «raisonnable» ne doit pas être la même pour la Ville et le propriétaire, ce qui risque d’entraîner des discussions corsées.

Il n’en demeure pas moins que la Municipalité a le gros bout du bâton dans l’affaire, car c’est elle qui décide du zonage applicable sur son territoire. S’il n’y a pas entente, le tout pourrait se décider devant les tribunaux, quoique le promoteur pourrait être tenté de patienter et d’espérer un jour qu’une ouverture vienne d’une administration municipale plus attentive à ses demandes qu’à l’opposition des citoyens riverains.

À Mascouche, le propriétaire a décidé qu’il prendrait son temps et que peu à peu, l’idée même qu’un golf ait déjà existé sur ce site s’étiole. Mais comme au Boisé, ces vastes espaces ne peuvent pas demeurer des terrains vagues à perpétuité. L’objectif est de présenter un projet socialement acceptable pour le voisinage et la communauté, mais visiblement, on n’est pas trop pressé à Mascouche et ce sera sûrement la même chose au Golf Le Boisé.

Trouverons-nous là un jour de grands parcs aménagés, des espaces verts sans aménagements ou des développements domiciliaires responsables et intégrés comme dans Urbanova? Ça reste à voir.

Rappelons que la prolongation de cette réserve foncière est la dernière à être autorisée pour le projet. Elle est valide pour deux années supplémentaires. Avec un échéancier qui mène à mai 2021, c’est donc dire que le dossier pourrait se retrouver au cœur de la prochaine campagne électorale. Une nouvelle fois.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar