Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Ambitieux

La situation de la circulation sur les artères majeures de la région est critique et les citoyens réclament des gestes pour faciliter la fluidité du trafic. Si les Terrebonniens et les Mascouchois ont choisi la région, ce n’est sûrement pas pour se retrouver dans des bouchons de circulation similaires à ceux de Montréal.

Promise par l’administration du maire Tremblay, l’étude déposée par Mascouche s’attaque de front au problème. Cette étude approfondie met en place des gestes concrets qui amélioreront la circulation. L’attention première est portée aux usagers des transports collectifs et actifs, cyclistes et piétons. En abandonnant l’auto, ils libèrent le réseau routier. On créera des kilomètres de pistes cyclables et de meilleures infrastructures pour sécuriser la circulation à vélo et à pied. On mettra aussi de l’avant des politiques favorisant le covoiturage.

Le Mascouchois dépendant de la voiture veut des solutions et le programme en propose. S’étendant sur cinq ans, il offre des retombées positives dès cette année. La synchronisation des feux de circulation est à l’ordre du jour sur Masson, Sainte-Marie, de l’Esplanade et les futures «lumières» indispensables sur des Anglais. La Ville redessinera plusieurs intersections pour améliorer la fluidité.

On fait preuve d’audace en optant pour un chemin Sainte-Marie à sens unique en direction ouest entre Saint-Henri/Dupras et Masson. Les études disent que les automobilistes gagneraient plusieurs minutes précieuses le soir.

D’autres mesures ambitieuses figurent au programme selon les avancées de la première phase. La plus proche d’un aboutissement est le développement d’une bretelle d’accès sur la 640 à partir de l’Esplanade. Il y a à cet endroit un projet d’échangeur dans les livres de Transports Québec depuis 30 ans, alors que Westcliff espérait ériger un centre commercial sur les terrains occupés par les Jardins Angora. Québec pourrait être sensible à ce dossier. Avec la croissance du secteur résidentiel à Terrebonne et au nord, à Mascouche, deux bretelles, voire un échangeur, libéreraient le trafic sur la 25 et sur Gascon. De plus, on réclamera à Québec un élargissement de l’échangeur de l’Esplanade pour sécuriser les piétons et les cyclistes.

Parmi les projets à l’étude et selon les retombées des premières mesures, on songe à prolonger le boulevard Mascouche jusqu’à Pincourt et à élargir cette artère à quatre voies entre des Anglais et Masson.

Deux autres projets sont évoqués, mais leur réalisation est fort hypothétique et coûteuse. On évoque un accès à l’échangeur Saint-Pierre de la 25 via l’avenue Châteaubriant et une nouvelle rue au nord de Limoges. Arrivés sur Saint-Jean, les automobilistes enjamberaient la rivière à un lieu à déterminer pour se rendre sur Saint-Henri et traverser la zone agricole pour rejoindre l’échangeur. Cela désengorgerait Sainte-Marie. Un pont discuté dans les années 1990 devait franchir la rivière face à Châteaubriant, mais n’est plus possible, puisque la Ville du temps de l’ère Marcotte y a permis l’aménagement d’un quartier résidentiel.

L’étude évoque aussi un nouvel accès est-ouest entre Sainte-Marie et de l’Esplanade, mais la présence d’un quartier résidentiel dense à l’est l’exclut.

Globalement, je ne peux que féliciter Mascouche de s’attaquer de front à ce problème qui pourrit la vie des Mascouchois et de citoyens voisins qui circulent dans cette ville. Ils représentent d’ailleurs le quart des utilisateurs de Sainte-Marie à l’heure de pointe du soir.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar