Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Chou-fleur et brocoli

Il semble que les passagers du Train de l’Est pourront toujours se rendre directement au centre-ville au lieu de se taper un long transfert de la station de métro Sauvé sur la déjà très achalandée ligne orange. Le bon sens pourrait donc finalement triompher.

Rappelons qu’avec l’arrivée du fameux REM de la Caisse de dépôt et placement du Québec, une partie du transport métropolitain est bouleversée et c’était le cas pour le Train de l’Est.

Pour les usagers de Mascouche et de Terrebonne, la coupe était pleine. Déjà que l’ex-Agence métropolitaine de transport avait imposé un long détour par Repentigny via la 640, au lieu de prendre la ligne de chemin existante du CP passant par Laval, ce transfert au métro Sauvé allongeait à nouveau le temps de parcours vers le centre-ville. Les banlieusards de Mascouche, de Terrebonne, de Repentigny et de l’est de l’île de Montréal, comme les maires qui les représentent (dont les deux nôtres), avaient bien raison de descendre en règle la nouvelle proposition.

La solution proposée, qui permettra au train de faire le tour du mont Royal, est loin d’être parfaite. C’est un moindre mal. C’est un peu comme donner le choix entre du chou-fleur et du brocoli à ses enfants… La joie n’est pas au rendez-vous.

Car il faut savoir que le déplacement prendra de 15 à 20 minutes de plus, lui qui est déjà de 65 minutes à partir de la gare de Mascouche. C’est donc dire qu’il prendra désormais de 80 à 85 minutes d’ici au centre-ville de Montréal. Ça, c’est presque une 1 h 30 de train. C’est long en titi. Heureusement qu’il y a le wifi.

Vivacité dans le respect

Désormais, les commerces du Vieux-Terrebonne pourront tenir des spectacles à l’intérieur de leurs murs. Quant à la tenue de spectacles à l’extérieur, elle est à l’étude. Personnellement, je crois qu’il s’agit d’une bonne nouvelle, car la vivacité culturelle du quartier s’en verra bonifiée. Si plusieurs résidents cherchent avant tout la quiétude en tout temps, d’autres s’y installent justement pour le dynamisme du secteur. Et, pour l’instant, ils ne sont pas très gâtés.

Mais cette question demeure délicate et je crois qu’il faut que la cohabitation commerciale avec le domaine résidentiel soit empreinte de respect. Respect du voisin et respect des règles prescrites, et c’est ce à quoi tend l’administration municipale, à mon avis.

Pour certains résidents, la seule possibilité qu’il y ait des spectacles revient également au seul choix entre le chou-fleur et le brocoli. Toutefois, les temps ont changé et le Vieux-Terrebonne aussi.

Je ne m’y attarderai pas longtemps ici, mais il en va de même avec l’interdiction de motos dans le Vieux, une règle qui date du temps où les motards régnaient dans le quartier. Passéiste, la mesure? Sûrement. Mais là encore, il est question de respect d’autrui. Dans cette affaire, comme dans celle des spectacles, c’est au conseil de trancher.

Partager cet article

2
Commentez l'article

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Estelle CouillardAlexandre Ouimet Auteurs de commentaires récents
Alexandre Ouimet
Invité
Alexandre Ouimet

Il n’y a pas de wi-fi dans le train, ou bien il est tellement bien caché que je l’ai manqué en 5 ans d’utilisation… C’est vrai que de transférer à la station Sauvé pour poursuivre le trajet en métro n’est pas avantageux, mais le trajet alternatif proposé par le REM pendant les travaux dans le tunnel sous le Mont-Royal consiste à ajouter autobus qui se rendront au métro Radisson à partir des trois gares de la Rive-Nord. https://rem.info/sites/default/files/document/fiche-secteur5-FR.pdf J’ai bien hâte de voir si nous aurons effectivement une voie réservée aux autobus sur l’A-25 entre l’avenue de l’Esplanade et l’Île-St-Jean,… Lire la suite »

Estelle Couillard
Invité
Estelle Couillard

Ai-je lu tous les commerces. Euh., je crois que c’est une erreur. Bars, restos-bars, etc. Une coquille? Un moment d’inattention.