Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Babines

Je ne ferais pas mon travail si, comme propriétaire de La Revue, je ne commentais pas la situation des journaux au Québec dans le contexte vécu par Capitales Médias et La Presse. C’est connu, ces grands journaux sont en sérieuse difficulté financière. Je vous rassure, ce n’est pas notre cas.

Oui, nous faisons face aux mêmes défis que le reste de l’industrie, mais nous gérons de façon très serrée et efficace. Sans lancer la pierre à nos collègues nationaux, cela fait quelques années que nous adaptons notre équipe à ces nouvelles réalités. Nous ne vivons pas au-dessus de nos moyens et continuons, contre vents et marées, à vous offrir le meilleur journal possible, tout en appuyant vigoureusement notre milieu.

D’ici peu, sans action concrète de nos gouvernements, la situation pourrait se compliquer pour plusieurs hebdos de la province et même le nôtre.

À Québec, le gouvernement Legault a déjà posé un geste concret en réduisant sensiblement l’inéquitable taxe sur le recyclage et il annoncera bientôt un programme de soutien structuré. On prend les choses très au sérieux et j’en remercie le premier ministre, son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, député de Terrebonne, et la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy. Quand j’entends les libéraux réclamer une intervention musclée de Québec, je bouillonne. Ils ont dormi au gaz pendant des années avant d’avancer quelques modestes mesures. À Ottawa, ça brette. Comme d’habitude. On a mis de l’avant de gros chiffres depuis deux ans, mais les journaux attendent toujours le programme pour pouvoir en profiter. Ça devait sortir en juillet. Encore un comité, un maudit comité… On vit d’espoir, mais là encore, ça devrait débloquer.

La semaine dernière, j’ai reçu un communiqué de la Fédération québécoise des municipalités qui conjurait Québec de sauver les journaux de Capitales Médias. Il faut une presse régionale vigoureuse, dit-elle. Même discours du maire de Gatineau qui a sabré la publicité que sa ville plaçait dans l’hebdo régional. Sans ce soutien et malgré les appels lancés, La Revue de Gatineau a fermé ses portes. Et là, j’entends le maire de Gatineau brailler. Pas capable…

J’ai donné deux conseils à la FQM : que ses membres publient TOUS leurs avis publics et qu’ils annoncent MASSIVEMENT dans les journaux qui les desservent. Finalement, que leurs bottines suivent leurs babines…

Je l’ai déjà écrit ici et je l’écris à nouveau, la Ville de Terrebonne a fait le choix de cacher la grande majorité de ses avis publics dans son site Internet, privant les citoyens d’une information précieuse. Ses budgets publicitaires ont fondu comme neige au soleil, malgré les promesses de maintenir des achats similaires à ce qui se faisait par le passé. Oui, Terrebonne annonce, mais les sommes investies sont à des années-lumière de ce qu’elles ont été par le passé. Ce sont là des faits. À Mascouche, on publie tous les avis, et les budgets passés sont garantis.

En parallèle, La Revue n’a pas cessé sa couverture de presse et son soutien dans le milieu, car heureusement, vous êtes là, amis lecteurs et lectrices, fidèles au poste, comme les très nombreux annonceurs qui soutiennent notre mission. Sans vous, rien ne serait possible.

Partager cet article

3
Commentez l'article

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Sylvain BarbeGilles BordonadoCémenté Massicotte Auteurs de commentaires récents
Cémenté Massicotte
Invité
Cémenté Massicotte

M. Bordonado est un homme intègre. Il est un des rares à ne pas avoir peur de nous livrer ses opinions.

Sylvain Barbe
Invité
Sylvain Barbe

J’ai 57 ans et je lis La Revue de la première à la dernière page à chaque semaine. Je crois que C’est la meilleure façon de se tenir au courant de tout ce qui se passe dans la région, autant au niveau municipal, sportif, des affaires (incluant les annonceurs), etc… C’est la seule façon de te prévaloir de ton statut de payeur de taxes comme plusieurs le disent. C’est un peu comme aller voter. Tu votes… Tu peux crtiquer. En tournant les pages du journal, tu parcours des yeux plusieurs articles ou annonceurs qui te surprennent et que tu pourrais… Lire la suite »