Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Mobilisation

C’est souvent quand on sent qu’on va perdre un proche qu’on réalise toute son importance. C’est un peu le sentiment qui m’habite alors que je vois le Québec et les gens d’ici se mobiliser autour de leurs journaux régionaux et de La Revue. La bonne nouvelle, c’est que si les moyens sont déployés pour aider les journaux, ceux-ci seront animés d’une nouvelle vie qui sera, souhaitons-le, longue et prospère.

Depuis des années, les médias crient à l’injustice et proposent des solutions face à Google et à Facebook qui s’enrichissent sans payer de taxes ni d’impôts. Ils profitent de nos contenus sans payer de redevances.

Ces solutions sont présentées actuellement par une pléiade d’organismes et d’entreprises à l’occasion de la Commission sur l’avenir des médias menée par le gouvernement du Québec.

Hebdos Québec, qui regroupe la presque totalité des éditeurs de journaux régionaux de la province, a déposé son mémoire mardi. Ses recommandations sont simples et facilement applicables :

1- Que Québec et Ottawa, comme les sociétés d’État, annoncent à nouveau dans les journaux au lieu de miser sur Google et Facebook, qui gobent l’essentiel de leurs budgets publicitaires;

2- Que Québec offre une bonification fiscale de 50 % aux marchands locaux annonçant dans les médias, ce qui profitera autant aux journaux qu’aux PME de la province, créatrices d’emplois;

3- Que Québec dote l’industrie des médias d’un crédit d’impôt de 25 % sur la masse salariale consacrée au processus de création et de production de contenu lié à la confection des articles et à leur présentation infographique;

4- Que Québec supporte la Fondation Hebdos Québec en octroyant un montant de 4 M$ pour la pérennité de la presse. Cela lui permettra de soutenir les journaux dans la formation et la mise à niveau des connaissances de leur personnel de vente, de rédaction et de production;

5- Que Québec permette à Publisac de poursuivre sa mission, car ce réseau de distribution fait partie intégrante du modèle d’affaires des hebdos. C’est par cet outil qu’ils rejoignent leur lectorat et entrent dans près de trois millions de foyers au Québec pour nourrir la vie démocratique et communautaire;

6- Que Québec abolisse la taxe inéquitable sur le recyclage imposée aux journaux. Comme les autres écrits, les hebdos demeurent du domaine de la culture et ils méritent pareil statut.

Plusieurs membres d’Hebdos Québec réclament, comme l’ont fait d’autres organisations à l’occasion des audiences de la Commission, le retour des avis publics municipaux dans les journaux. Cette mesure, qui représente une infime partie des budgets des villes, est cruciale au financement des hebdos et assurerait une plus grande transparence de ces administrations publiques.

Il est faux de dire que les lecteurs ne sont plus au rendez-vous. Plus de 66 000 adultes d’ici lisent La Revue chaque semaine, 106 000 la lisent au moins une fois par mois. Quelque 86 % des Moulinois se disent lecteurs de notre journal. S’y ajoutent des milliers de lecteurs hebdomadaires sur notre site Internet.

Comme le fait notre députée Lucie Lecours dans la publicité qui voisine cette chronique, Québec, Ottawa et les municipalités doivent se rappeler que la démocratie a besoin de médias forts et d’un journalisme professionnel de qualité.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar