Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Lutte à deux

Nous sommes en campagne électorale depuis une semaine et si les bloquistes Luc Thériault dans Montcalm et Michel Boudrias dans Terrebonne sont à pied d’œuvre depuis des mois, ce n’est pas le cas pour tous les candidats. Selon toute vraisemblance, une lutte à deux se dessine entre eux et les porte-couleurs du Parti libéral du Canada.

Dans Montcalm, Luc Thériault a une longueur d’avance. Il a amassé 37 % des voix en 2015, et on voit mal comment il pourrait faire moins bien, d’autant plus que l’ex-libéral Louis-Charles Thouin, bien connu dans Montcalm, est passé au provincial. Isabelle Sayegh, qui lui succède en 2019, n’a pas sa notoriété. Elle ne nous a jamais contactés pour une entrevue malgré nos appels et ne nous a pas fait parvenir de communiqué de presse, bien qu’elle semble au boulot depuis un moment. Nous avons pu en savoir un peu plus sur elle lors du passage récent de Justin Trudeau à Mascouche.

Dans Terrebonne, Michel Boudrias part favori du fait qu’il est député sortant, que sa notoriété est plus grande et qu’il est au courant des dossiers du coin.

Le Parti libéral et son candidat dit «ministrable» Frédéric Beauchemin ont cependant Terrebonne dans leur mire. M. Beauchemin est en opération rattrapage, multipliant les rencontres dans le milieu, tant dans les activités qu’auprès des notables du coin. Il est curieux que les libéraux aient tant tardé à faire connaître leur porte-couleurs alors que certains de leurs stratèges jugent la circonscription prenable. Il reste à voir si son profil économique et le battage publicitaire attendu lui permettront de faire mentir les prévisions. Son parachutage ne se fait pas en douceur. M. Beauchemin a beaucoup de travail à faire, mais semble prêt à en découdre, comme le député Boudrias, qui est bien en selle dans cette campagne.

Pour ce qui est des chances des autres formations politiques, elles sont négligeables. La conservatrice Gisèle DesRoches est présente depuis un bout dans Montcalm, mais ce ne sera pas suffisant. Le retrait d’Annie Trudel dans Terrebonne fait mal. La lanceuse d’alerte jouissait d’une certaine notoriété que n’a pas France Gagnon, arrivée tardivement. Avec 10 et 11 % du vote en 2015, on voit mal comment les conservateurs bousculeront les favoris.

Le NPD est en chute libre, à moins de 10 % dans les sondages. Aucun candidat n’est encore annoncé dans la région. En aura-t-il? On est bien loin de la vague orange de 2011. «Charmaine Borg, où es-tu?» La grande question est : où se stationneront les 25 % d’électeurs qui ont voté pour ce parti en 2015? En présumant que le NPD en garde 10 %, il en reste 15 % à classer.

Les verts sont bien plus sérieux avec deux candidats actifs depuis un moment. Réussiront-ils à prendre le 3e rang devant le NPD et les conservateurs? C’est chose possible avec la désaffection de néo-démocrates et de libéraux déçus. Le Parti populaire fermera la marche et ne fera pas 3 %.

Donc, la lutte sera chaude, en particulier dans Terrebonne alors que l’écart entre Michel Boudrias et la libérale Michelle Audette n’était que de 5 % en 2015, alors qu’il était de 10 % en faveur de Luc Thériault dans Montcalm.

La qualité des candidats, les campagnes locales et nationales, les débats, les moyens des formations en présence et les organisations sur le terrain joueront pour beaucoup. Ça promet.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar