Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Pour l’instant

Les résultats du sondage Mainstreet–Groupe Capitales Médias, que nous vous présentons cette semaine est le reflet de ce que disent la plupart des sondeurs : le Bloc monte lentement mais sûrement dans les intentions de vote.

Élu dans Terrebonne avec 33 % des voix grâce à une division du vote entre quatre formations politiques en 2015, le bloquiste Michel Boudrias est clairement dans une lutte sans merci avec le candidat libéral, Frédéric Beauchemin, avec l’effondrement de l’appui au NPD et la stagnation du vote conservateur. C’était d’ailleurs ce qui inquiétait les forces souverainistes, que le vote néo-démocrate prenne la direction du Parti libéral au lieu de celle du Bloc. Il semble que ce ne soit pas le cas… jusqu’à maintenant. Avec 18 % d’avance dans Terrebonne, le Bloc est en voie de l’emporter. Dans la circonscription de Montcalm, qui a donné une avance de 10 % à Luc Thériault aux dernières élections, attendez-vous à un écart encore plus grand.

Disons que Justin Trudeau n’a rien fait pour s’aider. Si ses actions pour la fameuse «classe moyenne» plaisent à une bonne partie de l’électorat, son opposition à la loi 21 sur la laïcité et son mandat marqué par l’achat d’un pipeline de 4,5 G$,  le «scandale» SNC-Lavalin et d’autres maladresses (comme des «blackfaces» inavoués) font mal à sa formation politique.

Les stratèges libéraux croisent leurs doigts pour que leur chef fasse tourner le vent. Son virage à 180 degrés sur l’imposition des GAFA et la taxation des services de Netflix sont des efforts dans ce sens. Sa prestation lors des débats en français pourrait avoir un impact. Libéraux et conservateurs se lanceront à l’assaut du Bloc, considéré parti négligeable en début de campagne, mais qui serait maintenant en tête dans les intentions de vote chez les Québécois francophones. Les deux formations pancanadiennes s’entredéchireront aussi. Trudeau parlera sûrement des idées passéistes des conservateurs, de leur amour du pétrole, tandis que Scheer palabrera sur la propension des libéraux à dépenser et à cumuler les déficits.

Le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, qui a collé sa formation aux revendications du gouvernement caquiste du Québec, se pose comme grand défenseur des intérêts des Québécois. Son message semble porter. Alors que les libéraux perdent des plumes au Québec et dans les Maritimes et qu’une majorité semble s’éloigner du côté tant libéral que conservateur, Blanchet parlera abondamment de la possibilité pour le Bloc d’assumer la balance du pouvoir. Avec 20-25 députés élus, le Bloc pourrait forcer la main d’un futur gouvernement fédéraliste pour que des mesures souhaitées par Québec soient adoptées.

***

En conclusion, je tiens à remercier Luc Fortin, président de Mainstreet Québec, de sa collaboration. Pour un journaliste, le privilège de présenter les conclusions d’un sondage mené localement est rare. C’est un investissement difficile à assumer par un hebdo régional.

Luc, un ancien Mascouchois collaborateur de La Revue et ex-député de Sherbrooke et ministre de la Culture et des Communications, suit toujours de près les affaires publiques dans notre région, et sa sensibilité envers la mission d’information de La Revue me touche grandement. Merci, Luc!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar