Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

À la maison!

Vous découvrirez, au cœur de ce journal, soit une belle édition de 72 pages, un supplément de 12 pages portant sur le Salon de l’emploi des Moulins qui se tient vendredi et samedi au CFP des Moulins.

Comme c’est le cas pour le décrochage scolaire, sujet sur lequel j’écris dans cette chronique depuis presque deux décennies, je ne vous dirai jamais assez tous les avantages de travailler à deux pas de chez vous. Pour ceux et celles qui en ont marre de passer des heures dans le trafic, je vous invite à passer à l’action dès maintenant. Des emplois de qualité, notre région en regorge. Des employeurs de qualité, notre région en regorge. Il n’est plus vrai le temps où une différence de plusieurs milliers de dollars justifiait le déplacement vers la grande ville. Les écarts se sont grandement réduits, les avantages sociaux sont similaires et les avantages personnels, multiples. Et vous qui êtes dans votre voiture pendant de longues heures, matin et soir, vous le savez très bien.

S’il vous plaît, prenez le temps d’y penser. Pourquoi ne pas faire profiter nos entreprises de vos talents et de votre expertise? Pourquoi vous refuser le privilège de passer plus de temps avec votre famille le matin et le soir, de prendre le temps de dîner à la maison, d’avoir le temps de faire paisiblement une belle marche tous les soirs ou de faire du bénévolat dans votre milieu?

Vous ne pensez pas que vous avez le droit à ça, vous aussi?

Je sens que certains d’entre vous sont prêts pour une petite visite au Salon de l’emploi vendredi ou samedi. Vous le méritez pleinement.

Personnellement, je n’ai jamais regretté ce choix et je vous assure que mes collègues de La Revue non plus!

Faites-vous ce cadeau.

Enfin, la Moody!

Sur un autre plan, je suis personnellement satisfait que la Ville de Terrebonne ait statué sur le zonage environnant l’usine Moody, le parc industriel Léveillé et les terrains autour de la piste de course de Lachenaie. Cela fait des années que ce dossier traîne et il est heureux que des décisions se prennent au conseil municipal à ce sujet. Pourra-t-on enfin voir un projet aboutir, projet qui respectera la volonté de protéger ce bel édifice industriel qui trône fièrement sur la rue Saint-Louis? J’espère de tout cœur que son discret propriétaire a la volonté de créer quelque chose de bien sur ce site. On se demande encore si sa demande de démolition était réelle ou n’avait été faite que pour fouetter l’administration municipale. En tout cas, un premier pas est franchi par la Ville et c’est tant mieux.

Je regrette beaucoup que la consultation ait été tenue un mercredi à 17 h et qu’elle n’ait été annoncée que sur le site Internet de la Ville et non à travers un avis public publié dans La Revue. Il me semble qu’un enjeu de cette ampleur méritait un bien meilleur traitement et côté transparence, on repassera. La preuve, c’est que cette nouvelle partagée par La Revue sur son site Web et sur sa page Facebook a suscité un énorme intérêt. Encore un élément qui confirme la pertinence des médias.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar