Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado, éditeur de La Revue.

Demeurez positif

Depuis que la « crise » du coronavirus nous a frappés de plein fouet il y a une dizaine de jours, je demeure positif. Je me dis que c’est un mauvais moment à passer et qu’il faut faire face au problème avec sérieux, mais aussi avec l’espoir que tout ira mieux dans quelques semaines.

François Legault et ses collègues, ministres, députés, hauts fonctionnaires, employés de l’État et le personnel de la santé, agissent avec un haut taux de professionnalisme. On se sent vraiment en confiance.

Les mesures imposées limiteront grandement la propagation du virus, le nombre de cas et de décès associé à la COVID-19. Je ne serais d’ailleurs pas surpris que très peu de gens en meurent étant donné les interventions vigoureuses de l’État québécois et le respect des mesures par les citoyens.

L’efficacité du gouvernement québécois est d’autant plus flagrante devant la passivité du gouvernement fédéral de Justin Trudeau. Qu’arrive-t-il au Premier ministre canadien? On dirait que son enthousiasme est contrairement proportionnel aux crises qui se succèdent. Après les barricades ferroviaires, le coronavirus semble avoir annihilé ce qui lui restait de vigueur. Ça sent la fin de règne et à observer Chrystia Freeland s’activer, on voit que la relève se prépare.

Je comprends qu’il fallait aller au plus urgent en priorisant les aspects sanitaires et sécuritaires de la crise, mais la grande majorité des PME, créatrices de l’essentiel des emplois au Québec, sont dans la dèche. Le peu de soutien direct qui leur sont offerts m’inquiète, bien que j’aie espoir que l’aide viendra. Forcées de mettre temporairement des milliers de travailleurs sur le chômage, elles souffriront encore plus si l’aide n’arrive pas. Et ce sera des milliers d’emplois qui risquent de s’effacer.

Mardi midi, rien n’avait été annoncé d’autres que les programmes existants pour la masse des employés. Le report des déclarations d’impôts ne suffira pas, surtout si la situation ne s’améliore pas rapidement. Et la lenteur légendaire du gouvernement fédéral, réputé pour sa douteuse efficacité, regarde mal. Comment répondra-t-il à la recrudescence des demandes d’aide des citoyens sur le chômage? Quand tu as de la misère à payer tes propres employés, il y a toutes les raisons de s’inquiéter pour ceux qui ont besoin d’une aide urgente.

Entre-temps, je vous rappelle l’importance de demeurer fidèle aux entreprises ouvertes actuellement. Même si elles sont à personnel réduit, leur survie pourrait dépendre de votre fidélité au cours des prochains jours et des prochaines semaines. De grâce, soyez loyal, achetez local. Il est essentiel de soutenir l’économie d’ici pour maintenir les emplois des gens d’ici.

Si vous êtes en isolation pour 14 jours, pourquoi ne pas en profiter pour entreprendre des travaux de peinture et de rénovation? Comme on le sait, les vacances à l’étranger ne seront pas à la mode, pourquoi ne pas vous préparer à un été au Québec? Vous songiez à un spa, à une piscine, à un nouvel aménagement paysager? C’est le moment d’y penser et d’agir. Misez sur les services de livraison des entreprises. Il y a pour vous toujours un moyen d’acheter local.

On ne lâche pas.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar