Lucie Lecours revient sur sa session parlementaire

Lucie Lecours revient sur sa session parlementaire

La députée de Les Plaines, Lucie Lecours, profite de la fin de la session parlementaire, qu’elle décrit comme «bien remplie», pour dresser un bilan des changements entrepris par le gouvernement sur les plans de l’éducation, de l’économie, de la santé et de l’environnement.

«Notre gouvernement s’est engagé à remettre de l’argent dans les poches des contribuables, c’est ce que nous avons fait et que nous allons continuer de faire», souligne Mme Lecours en faisant référence à la taxe scolaire, aux tarifs de garderie réduits, à la hausse des allocations familiales, à l’économie générée par l’entente avec les médecins spécialistes et à l’adoption d’un projet de loi engendrant un retour de 500 M$ aux Québécois sur leur facture d’Hydro-Québec.

Elle rappelle qu’au cours des prochaines semaines, on en saura davantage sur le concept des maisons des aînés promis par le gouvernement Legault. «Ce projet revêt une grande importance parce que je sais pertinemment que pour la population terrebonnienne, c’est un concept unique et respectueux de la génération qui nous a pavé la voie», souligne-t-elle.

Les enjeux tels que le transport en commun, l’élargissement et le parachèvement de certaines routes provinciales «demeurent prioritaires et excessivement importants», peut-on lire dans le communiqué émis par la députée. «Je tiens à rassurer la population que nous y travaillons, mais qu’il s’agit de travaux de longue haleine. Je travaille en étroite collaboration avec le ministère des Transports pour que des annonces puissent être faites dans des délais raisonnables. Ces dossiers sont ma priorité», rassure Mme Lecours.

Enfin, comme adjointe parlementaire de la ministre de la Justice pour le volet de la protection du consommateur, des dossiers ont retenu son attention au cours des derniers mois, dont le crédit trop facilement accessible, la mise en place d’un registre des préarrangements funéraires et l’obsolescence.

Elle termine en abordant la Commission spéciale de la lutte à l’exploitation sexuelle des mineurs, à laquelle elle siège. «Il nous faut arriver à des propositions d’ici l’automne 2020 parce que l’exploitation sexuelle, elle, n’attend pas», de conclure l’élue de Les Plaines. (PC)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar