Marc Fisher, lui-même millionnaire

Dans le cadre de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, Marc Fisher, auteur des tomes 1 et 2 du Millionnaire, sera à la Librairie Lincourt le 23 avril de 17 h à 19 h.Marc Fisher vient tout juste de publier le deuxième tome du désormais célèbre Millionnaire. En entrevue, il nous raconte sa propre philosophie qui fait de lui un millionnaire de l’âme.

Marie-Joëlle Hamelin

Paru en 1997, Le Millionnaire s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires et a été traduit en 25 langues partout à travers le monde. « Chaque fois que je reçois une édition étrangère du roman, même si tous les auteurs espèrent ça un jour, je suis surpris », raconte l’auteur québécois Marc Fisher.

Qui est le millionnaire?

Le millionnaire, c’est ce personnage coloré que rencontre un jeune homme malheureux. En fait, celui-ci n’aime pas son patron, son travail le pèse, et il veut échapper à cette routine qui le tue jour après jour. Il veut vivre plus libre, plus intensément en exprimant ses talents, dont celui de l’écriture. Un jour, alors qu’il a besoin de conseils et d’argent pour se sortir de son marasme, le jeune homme rencontre le millionnaire. De là commence sa quête vers la richesse intérieure et matérielle.

Dans le premier tome, le millionnaire dévoile au jeune homme tout le pouvoir de l’esprit, tandis que dans le deuxième, il fait l’éloge des revenus passifs. « Je tenais à faire réaliser aux gens l’importance et le pouvoir des revenus passifs, car je trouve dommage que le travail soit reconnu comme la valeur commune suprême. C’est lorsqu’on est jeune et plein d’énergie qu’on se tue au travail. Bien sûr que le travail est important, je ne prône pas la paresse; par contre, je trouve dommage qu’on ne soit plus rien aux yeux des autres si on ne travaille pas et surtout qu’on s’oblige à occuper un travail qui ne nous satisfait pas », raconte Marc Fisher.

Prémisse

Au départ, Marc Fisher n’avait pas du tout l’intention de faire une série avec ce fameux personnage qu’est le millionnaire. « J’ai toujours eu une mentalité positive que j’ai voulu exprimer à travers ce personnage », affirme l’auteur, qui a une formation philosophique. Selon lui, le personnage du millionnaire est quelque peu capricieux. « Pour écrire cette série, je dois être dans un certain état d’esprit. Le millionnaire doit avoir quelque chose à dire », mentionne l’écrivain.

Tâche ardue

Pour Marc Fisher, écrire est ardu. « Noircir une page est facile, mais bien écrire, ça, c’est difficile », explique l’auteur. Lorsqu’il écrit, Marc Fisher refait constamment ses phrases afin qu’elles soient simples. « Je vise la lisibilité en créant des combinaisons de mots simples mais surprenantes », affirme-t-il. C’est peut-être grâce à cette simplicité, difficilement atteinte, que la série du Millionnaire connaît autant de succès partout à travers le monde. « Parfois, mes confrères semblent oublier qu’avec Internet, la télé, la radio, etc., la compétition est féroce. Lorsqu’une personne rentre du travail après une dure journée, elle n’a pas envie de se casser la tête à lire un livre trop compliqué », affirme l’auteur.

Nouvelle responsabilité

Depuis qu’il reçoit des courriels de tous les coins de la planète, Marc Fisher se sent privilégié. « Je réalise toute la portée que les livres peuvent avoir. Je suis vraiment touché lorsque des gens me disent qu’ils tentent des investissements, car le meilleur de ma pensée est dans ces livres. De plus, je me rends compte qu’écrire des bouquins comporte une part de responsabilité », raconte-t-il.

Cet échange fructueux que Marc Fisher entretient avec son public sera à l’honneur le 23 avril, alors qu’il sera à la Librairie Lincourt de 17 h à 19 h dans le cadre de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar