Mascouche se souvient de ses vétérans

Par Stéphane Fortier
Mascouche se souvient de ses vétérans
Don Lissemore a déposé une couronne en mémoire de ceux qui se sont battus lors de la guerre de 1914-1918.

À la veille du 11 novembre, c’était au tour des Mascouchois de se souvenir de leurs vétérans, qu’ils aient donné leur vie au combat pour la démocratie ou qu’ils aient consacré leur vie à un idéal qui faisait d’eux des gardiens de la liberté.

En cette froide journée du dimanche 10 novembre, la Légion royale canadienne, filiale 120 Terrebonne Heights tenait une cérémonie qui s’est avérée des plus émouvantes. Pas moins de 250 hommes et femmes, en uniforme ou non, ont défilé dans les environs de l’église Saint-Henri, un trajet d’un peu plus de 1 kilomètre. «Nous comptions 80 membres militaires actifs, soit des gens du 34e Régiment des transmissions, du 34e Régiment du génie de combat, du 4e bataillon du Royal 22e Régiment et du régiment Black Watch. Nous avions également quatre corps de cadets (757 Mascouche, 3009 Le Gardeur, 3040 L’Assomption et 3062 Sainte-Anne-des-Plaines), de même que des représentants de la Sûreté du Québec et de la Gendarmerie royale du Canada», énumère fièrement Mario Miller, président de la Légion de Mascouche.

Cérémonie

Après le défilé, c’était le moment de se souvenir de ceux qui ont donné leur vie, mais pas seulement des militaires. En effet, on a rendu hommage à Guillaume Péloquin, un pompier de Mascouche et de Montréal qui est décédé, parce que lui aussi croyait qu’il était important de sauvegarder la vie d’autrui, quitte à sacrifier la sienne. Comme le matricule de Guillaume Péloquin était le 20, la Légion a décidé de déposer 20 couronnes, lesquelles portaient chacune une signification particulière. Aucune des guerres auxquelles le Canada a participé n’a été oubliée.  Mario Miller a aussi tenu à mentionner le souvenir du caporal Daniel Gunther, décédé en 1993.

Au cours de la cérémonie, la 3e Batterie d’artillerie de Montréal a tiré des coups de canon pour le réveil, le salut au général et le God Save the Queen. «Nous avions avec nous des vétérans de la Bosnie-Herzégovine, de l’Afghanistan et même de l’Irak, de rappeler Mario Miller. Et nous avons souligné le débarquement en Normandie.»

Mascouche est fière aussi de toujours compter sur la présence d’un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale en la personne de Donald Lissemore, âgé aujourd’hui de 92 ans, lequel considère toujours sa présence à ces cérémonies comme étant des plus importantes. Il a d’ailleurs déposé une couronne en mémoire des disparus de la Première Guerre mondiale. C’est d’ailleurs l’armistice de cette guerre que l’on souligne le 11 novembre de chaque année.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar