Meurtre lié au crime organisé à Terrebonne

Jean-Marc Gilbert
Meurtre lié au crime organisé à Terrebonne
Un important périmètre de sécurité a été érigé pendant plusieurs heures dans le quartier résidentiel de Terrebonne. (Photo : Jean Marc-Gilbert) (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Un homme de 53 ans connu des policiers pour ses liens avec le crime organisé a été froidement abattu au beau milieu d’un quartier résidentiel, le 17 octobre au matin, devant sa résidence de la rue du Général, à Terrebonne.

Les policiers de Terrebonne ont d’abord été appelés à intervenir sur place vers 10 h 30 et ont découvert l’homme gisant au sol, atteint d’au moins un projectile d’arme à feu. Il a été transporté à l’hôpital où son décès a été constaté.

Selon plusieurs médias, la victime est Gaétan Sévigny, un trafiquant de drogue proche des Hells Angels. Il aurait été ciblé par une purge interne.

Puisque les policiers soupçonnent que le meurtre soit lié au crime organisé, c’est le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ) qui a pris en charge l’enquête.

Les enquêteurs ont été présents pendant plusieurs heures pour procéder à l’analyse de la scène de crime. Les postes de commandement du Service de police de la Ville de Terrebonne et de la Sûreté du Québec étaient déployés sur les lieux. Cinq jours après le meurtre, au moment de mettre sous presse, aucune arrestation n’avait été effectuée dans ce dossier, rapporte la SQ.

Il n’y aurait pas de lien entre ce meurtre et l’opération Préméditer qui a mené à certaines perquisitions et arrestations dans la grande région de Montréal, dont à Terrebonne, le 16 octobre, en lien avec des meurtres dans le milieu de la mafia.

Proche des Hells

Arrêté dans le cadre d’une vaste opération de l’Escouade régionale mixte en 2015, Sévigny a plaidé coupable, en juin dernier, à des accusations de trafic de stupéfiants, de complot et de gangstérisme. Des crimes pour lesquels il a été condamné à une sentence de plus de cinq ans de prison. Il n’avait toutefois passé que deux jours derrière les barreaux à la suite de ce plaidoyer, en raison de tout le temps purgé en détention préventive.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar