Noémie Dumoulin, dresseuse en or

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Noémie Dumoulin, dresseuse en or
Noémie Dumoulin, photographiée ici en compagnie de Sophia, avec qui elle a remporté l’or plus tôt cet automne, progresse rapidement dans l’univers du dressage. (Photo : courtoisie)

Même si elle ne compétitionne que depuis deux ans dans l’univers du dressage de chevaux, la Terrebonnienne Noémie Dumoulin maîtrise déjà très bien cet art, comme en fait foi sa médaille d’or obtenue avec sa monture Sophia lors de la 23e finale des Jeux équestres du Québec, cet automne. Elle a ainsi aidé la délégation Laval-Laurentides-Lanaudière à reconquérir le titre de championne de cette grande compétition provinciale.

Ayant découvert l’équitation il y a sept ans, elle n’a appris que plus tard l’existence des compétitions équestres. Elle a testé quelques disciplines avant d’avoir rapidement la piqûre pour le dressage.

Après sa première année de compétition, elle a changé de catégorie (niveau 1 Junior), changé de cheval et changé d’écurie, indique-t-elle.

Elle a monté Sophia pour la première fois en mars. Ses attentes n’étaient donc pas très élevées pour la saison qui vient de se terminer. Et pourtant, elle a été couronnée de succès. «J’ai été la première surprise de remporter l’or, témoigne l’adolescente de 16 ans. J’allais aux Jeux plus pour que le plaisir que pour la performance. Je n’aurais jamais pu penser faire si bien après seulement quelques mois avec Sophia.»

À recommencer

Malheureusement, l’association de Noémie avec Sophia aura été de courte durée. La bête de neuf ans a maintenant un nouveau propriétaire, nous a confié la jeune Terrebonnienne, encore attristée par la perte de son équipière à quatre pattes à laquelle elle s’était attachée.

Dès le printemps, elle fera donc des tests avec d’autres chevaux pour en trouver un qui lui correspond bien. «J’en essayerai de nouveaux pour voir avec lequel ça clique le plus. Il faut aussi que ça fonctionne sur le plan du caractère. Moi, j’ai un caractère de cochon», lance-t-elle à la blague.

Elle devra également choisir en fonction des compétences de l’animal. «Je serais prête pour monter de niveau, mais il faut aussi que le cheval soit prêt», précise la dresseuse.

Noémie Dumoulin ajoute être à la recherche de commanditaires qui accepteraient de l’encourager dans son cheminement. Il est possible de la contacter à travers sa page Facebook, «Noémie Dumoulin – Dressage athlète».

Partager cet article

Commentez l'article

avatar