Nouvel extrait pour Fil Boucher

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Nouvel extrait pour Fil Boucher
Fil Boucher a rendu disponible la pièce «Narcotiques» sur son profil bandcamp. (Photo : Michel Parent)

On ne sait pas encore si le confinement est propice à la création, mais il est possiblement propice à la sortie d’albums ou de chansons. Comme d’autres artistes moulinois avant lui, Fil Boucher a rendu publique une nouvelle composition.

Narcotiques est disponible sur le profil bandcamp de l’auteur-compositeur-interprète de Terrebonne depuis quelques semaines déjà. L’œuvre née d’une collaboration entre Fil Boucher, Christian Collin et Francis Duchesne « a des allures cubaines très ensoleillées », résume le principal intéressé.

Avec cette bossanova renouvelée, Fil aborde le thème de la dépendance aux fumées blanches tout en proposant un parallèle avec les relations souvent toxiques que nous entretenons. « Je pense à toi tout l’temps, on était si bien ensemble. Dans tes nuages de vent, j’arrivais à me détendre. Je t’ai dit de partir et je le regrette un peu. Même si ça me rend pire, même si c’est pour le mieux », l’entend-on chanter.

De la scène au Web

Ayant fait sa marque dans plusieurs concours, dont Ma première Place des Arts et le Festival de la chanson de St-Ambroise, le Terrebonnien admet avoir eu un peu de difficulté à s’adapter au contexte actuel, celui-ci étant moins propice à la création qu’on aurait pu le croire. « J’ai vécu une longue léthargie au départ, mais tranquillement pas vite, ça débloque », évoque-t-il.

Comme c’est le cas pour plusieurs artistes, le Web est devenu sa nouvelle scène. C’est d’ailleurs là qu’on peut observer le fruit de ses récentes inspirations. Le 16 mai, sur sa page Facebook, il a publié Le temps s’étire, une « chanson de confinement », décrit-il, qu’il a créée avec ses chums Christian Collin et Guy Boucher. L’écran est divisé en plusieurs images donne l’impression que tout un groupe interprète la pièce. Dans les faits, les trois hommes jouent plus d’un instrument et se multiplient donc à l’écran.

« Je risque de reproduire des vidéos comme celle-là », annonce Fil qui, parallèlement à sa création et son emploi de psychoéducateur, chapeaute les Refrains de la rivière, lesquels ont aussi une tribune sur le Web.

À suivre donc au www.facebook.com/FILPhilippe.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar