Nouvelles réalités

Gilles Bordonado

Ça a bien évolué au cours des ans dans l’actualité locale. Si nous laissons toujours une grande place à l’actualité régionale dans La Revue, certaines thématiques bien actuelles se sont ajoutées et profitent d’un intérêt certain.

Nos premières pages accueillent cette semaine des entrevues et reportages d’horizons bien divers : une ex-danseuse nue qui se raconte, la Nuit des sans-abri qui parle du phénomène de l’itinérance dans la région, l’ouverture d’une succursale de la Société québécoise du cannabis à Mascouche, les 18 ans du décès malheureux d’un tenancier de bar luttant contre l’intimidation et la vente de drogue dans son établissement, et les conclusions d’une saisie historique de stupéfiants à Terrebonne. Disons qu’à mon arrivée en 1989, on ne traitait pas de ces sujets.

Nous ne dénaturons pas notre mission d’information, alors que les affaires municipales, communautaires, culturelles et sportives occupent toujours une grande place; La Revue s’adapte à une société qui évolue.

Dans notre récente édition du Plainois, l’un des trois journaux de quartier que nous éditons deux fois l’an à La Plaine, dans l’est de Lachenaie (Le Carrefour) et dans l’ouest de Terrebonne (L’Ouest Express), nous avons ouvert nos pages à des jeunes de l’école secondaire de l’Odyssée qui jugeaient la rentrée scolaire chaotique dans leur établissement. Cette nouvelle a été partagée 187 fois sur la page Facebook du Plainois, qui ne compte que 175 amis. Et on dit que les jeunes ne lisent pas et ne se sentent pas concernés. Rien de plus faux. Nous avons tendu l’oreille, au contraire de l’école, qui ne nous avait pas rappelés. Notre mission ne peut pas être plus claire.

Salut Pierre

Toute l’équipe de La Revue et moi sommes très attristés du décès de M. Pierre Gatien, un de nos anciens collègues, qui a été directeur des ventes pendant plusieurs années à La Revue et conseiller publicitaire au Trait d’Union.

Pierre a lutté vaillamment contre la maladie et s’est révélé un exemple de ténacité et de résilience pour nous. Être généreux, loyal et attentionné envers ses collègues et ses clients, il se dépensait sans compter pour le succès des membres de notre équipe et de sa clientèle fidèle qu’il servait avec grand professionnalisme.

La meilleure preuve en est qu’à l’annonce de son décès, plusieurs anciens clients et collègues ont partagé leurs condoléances sur la page Facebook de La Revue, sur la mienne et par courriel.

Arrivé à une période difficile de l’histoire de notre entreprise, Pierre a contribué à la relance et au succès de La Revue au cours des années 1990 et des années 2000 par sa vaste expérience et son travail acharné.

Nous offrons nos plus sincères condoléances à sa conjointe, Louise, à ses filles, Carolyne et Patricia, à son fils, Daniel, qui a aussi été un membre loyal de l’équipe pendant son passage avec nous, à ses petits-enfants, aux autres membres de sa famille et à ses amis qui pleurent son départ.

Salut Pierre!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar