Nöyze fait du bruit jusqu’en Allemagne

Véronick Talbot
Nöyze fait du bruit jusqu’en Allemagne
David Meloche, Adrien Harvey, Alexis Danetz et Chester Alarie forment le groupe Nöyze depuis deux ans.

Au début du mois d’août, le Terrebonnien Chester Alarie et son groupe, Nöyze, s’envoleront vers l’Allemagne où ils tenteront de remporter la finale internationale du plus grand festival pour groupes amateurs au monde : Emergenza. Ils affronteront alors 19 formations musicales des quatre coins de la planète avec leur «rock ambiant» à la Pink Floyd.

Fondé il y a à peine deux ans, Nöyze a déjà fait beaucoup parler de lui dans l’arène musicale nationale et internationale : le groupe a joué à Mexico City, remporté plusieurs concours, capté l’attention du guitariste de Simple Plan en devenant son «Coup de cœur», en plus de chauffer les planches de nombreux spectacles. «Nous sommes de vrais passionnés… La musique, c’est notre plan A, et nous travaillons très fort pour réussir. La question, ce n’est pas si nous allons faire carrière dans le milieu, mais quand ça va exploser», confie Chester.

Ses acolytes, Alexis Danetz, Adrien Harvey et David Meloche, tous âgés de 19 à 22 ans, partagent le même avis : leur aventure est comme une bombe à retardement. «On ne sait pas quand ça va partir pour de vrai, mais on a l’impression que ça pourrait arriver plus vite qu’on le croit. Et on a vraiment hâte.»

«Tous les espoirs sont permis…»

Ce tremplin que les quatre musiciens attendent avec impatience, ça pourrait bien être la finale internationale d’Emergenza, qui se tiendra du 7 au 12 août dans le cadre du Taubertal Open Air Festival. D’ailleurs, les juges ont adoré leur performance lors de la finale canadienne, qui se tenait à l’Olympia de Montréal. «Ils ont parcouru les finales de nombreux pays et ils ont dit que nous étions dans le top 3 en matière de calibre. Tous les espoirs sont donc permis», lance Adrien. Selon lui, le jury a particulièrement aimé l’originalité, la passion, la chimie et le charisme de Nöyze.

Le groupe compte également profiter de son passage en Allemagne pour y développer des contacts et, qui sait, saisir d’intéressantes opportunités de se faire connaître outre-mer. «Nous partons en voyage d’affaires. Nous avons le statut d’un groupe amateur, mais nous sommes des professionnels et nous avons ce qu’il faut pour monter les échelons.»

Un premier album

D’ici le mois d’août, les gars prévoient monter sur scène à quelques reprises. «La scène, c’est notre drogue. Quand on monte sur le “stage” et que les gens nous applaudissent, ça nous donne encore plus le goût de jouer et de donner tout ce qu’on a. Plus les gens embarquent, et plus ça paraît dans notre façon de jouer», assure le Terrebonnien.

Sinon, Nöyze est présentement en période de création en vue de l’enregistrement de son premier album, qui devrait être lancé d’ici la fin de l’année. «Nous entrons en postproduction dès notre retour au Studio Piccolo. C’est vraiment une belle année qui nous attend.» Pour plus d’information sur le groupe, visitez sa page Facebook en cherchant «Nöyze». Vous pourrez également trouver des vidéos de la formation sur YouTube.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar