On ne lâche pas

Par Gilles Bordonado
On ne lâche pas
Gilles Bordonado, éditeur de La Revue.

LIBRE OPINION

J’ai l’impression de me répéter, mais il ne faut pas lâcher. Les chiffres de la propagation du virus dans la MRC Les Moulins s’améliorent. Le 7 avril, il n’y a eu que 5 cas supplémentaires à Mascouche et Terrebonne et la tendance tient la route depuis deux ou trois jours. Mais, pour paraphraser le Dr Arruda : « Ce n’est surtout pas le temps de lâcher! »

Je me promène peu. Je vais sagement faire un aller-retour, matin et soir au bureau, que j’alterne avec un peu de télétravail. Je marche dans mon quartier en gardant bien mes distances avec les nombreux autres marcheurs. Ce que je remarque, c’est que la très, très grande majorité des gens suivent les règles.

En prenant la relève de mon épouse qui fait l’épicerie familiale, celles de mes parents et de mes beaux-parents, j’ai remarqué samedi qu’il y avait encore bien du « promenage ». J’ai vu des gens sortir avec deux-trois bébelles du IGA Extra de la famille Crégheur et je me suis dit en regardant les paniers : « En avais-tu vraiment besoin? Est-ce que ça n’aurait pas pu attendre la grosse épicerie de la semaine? » Mais je dois dire tout de même que, règle générale, c’est le calme plat et ça paraît dans les résultats récents. Mais il ne faut pas arrêter, rien n’est gagné.

Je soutiens totalement la mesure qui empêche les gens hors des MRC Les Moulins et de L’Assomption d’aller dans les très grandes surfaces de Lachenaie et en particulier chez Costco, où sévissaient d’interminables lignes de consommateurs. Malgré les précautions prises, des centaines de gens en ligne devant et à l’intérieur d’un commerce représentent un risque potentiel réel.

Personnellement, je n’achète jamais en ligne et je ne vais jamais chez Walmart et Costco. Je soutiens les commerces qui annoncent dans La Revue, qui ne tuent pas le commerce local et qui ne favorisent pas l’hyperconsommation à l’américaine. C’est mon opinion et elle vaut la vôtre, surtout que vous êtes des milliers à y aller. Oui, des gens d’ici travaillent dans ces grandes surfaces, mais personnellement, j’aime mieux soutenir L’Adresse gourmande, l’Éco-Boutique Un Monde à Vie, Saveurs Unies, Club Piscine Terrebonne, IGA Extra de la famille Crégheur, le Bistro Chocolaterie Divin Tandem, la Pépinière Lapointe, Tapis O’Bélec, Peintures des Seigneurs et des centaines d’autres commerces tenus par des gens d’ici. Il en va de même avec les agences immobilières qui respectent les règles de confinement, alors que d’autres, comme l’a démontré un média national, ne sont pas habités par ces mêmes principes. Ce n’est pas le temps d’aller visiter sa famille, ses amis, ses voisins et encore moins une maison qui nous tombent dans l’œil. Ce n’est pas compliqué à comprendre il me semble, comme me le disait un grand ami directeur d’agence. Et avant de faire vos achats dans les grandes surfaces ce printemps, attendez donc le dégel et appuyez donc les commerçants d’ici.

Soutenir l’achat local, pour moi, c’est soutenir des commerçants d’ici qui croient aussi en La Revue. Le vrai achat local, ce n’est pas que quelques beaux discours sur Facebook, c’est le mettre en application. Pensez-y.

Partager cet article

3
Commentez l'article

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Gilles BordonadoLaurentMarc Lavallée Auteurs de commentaires récents
Marc Lavallée
Invité
Marc Lavallée

Monsieur Bordonado, Suite à votre article , je voudrais commenter sur l’achat local. Vous n’êtes pas en faveur de l’achat dans les grandes surfaces comme Walmart mais je vous dirais ceci: 1- Walmart fait affaire avec beaucoup de fournisseurs québécois donc une bonne quantité de produits viennent d’ici et ça permet d’encourager des entreprises québécoises. 2-Walmart fait travailler des gens d’ici 3-Certains travailleurs sont des gens âgés et c’est pour eux un revenu d’appoint et peuvent ainsi se payer un peu de luxe car certains n’ont pas de gros revenus de pension. 4-Certains des travailleurs sont des personnes handicapés intellectuellement… Lire la suite »

Laurent
Invité
Laurent

Quelle belle chronique pour nous faire réfléchir! en fait, oui je vais quelques fois chez Costco mais on oublie souvent L’expérience client. Ce service personnalisé que l’on retrouve dans nos commerces locaux. Celui où on est écouté et bien conseillé. À vous de continuer à nous les faire connaître! 🙂
Bonne journée