Penser local, c’est penser La Chambre

Par Gilles Bordonado
Penser local, c’est penser La Chambre
L’entrepreneur Éric Champoux, des restaurants et de la microbrasserie La Chambre, a lancé une vaste campagne marketing locale dont les bénéfices profiteront à ses employés mis à pied. (Photo : courtoisie)

On dit que c’est dans l’adversité que naissent les projets créatifs les plus originaux. De la créativité, Éric Champoux n’a pas l’habitude d’en manquer et il le démontre encore une fois. L’entrepreneur, propriétaire de trois restaurants La Chambre, dont un à Terrebonne, a lancé une vaste campagne marketing locale dont les bénéfices profiteront à ses employés mis à pied.

Confronté à l’impossibilité de conserver ses restaurants ouverts, M. Champoux s’est rabattu sur une autre de ses missions commerciales, la microbrasserie La Chambre, pour maintenir ses activités.

Depuis le début de la crise, il a lancé une grande campagne publicitaire sur les réseaux sociaux, et dans le journal La Revue la semaine passée, qui met en valeur les trois bières de La Chambre : L’Émeute (une IPA classique), La Légende (une ale blonde) et La 1993 (une blanche de style witbier).

La particularité de cette campagne, c’est qu’elle a un visage profondément humain, car elle met en vedette de fidèles employés du restaurant.

Chacun d’entre eux remercie les consommateurs qui encouragent la microbrasserie La Chambre en achetant ses produits. « Vous êtes des dizaines et des dizaines à vider les tablettes des épiceries et dépanneurs pour nous soutenir dans ces temps difficiles et incertains », dit l’une d’elle.

Le message de solidarité porte ses fruits. Chacun d’eux est relayé par des centaines de personnes sur les réseaux sociaux. Les employés et leurs amis partagent ces messages. Il y même des consommateurs qui se photographient leur bière à la main.

L’appel à la solidarité entendu

L’appel à la solidarité, qui rappelle toute l’importance d’acheter localement, est entendu : « Depuis le 20 mars, nous avons vendu plus de 4 100 canettes dans notre dizaine de points de vente dans le sud de Lanaudière. La campagne marche si bien qu’on est presque en rupture de stock », de souligner M. Champoux, qui ne tire aucun profit ou salaire de la présente démarche. Il livre lui-même les caisses dans les points de vente, tient l’inventaire, la comptabilité, tout en animant les réseaux sociaux avec des amis.

« Mon objectif, c’est que nos activités s’autofinancent et que tous les profits soient conservés pour soutenir mes employés. Je suis conscient que je ne peux pas leur donner de salaire, mais on pourra les soutenir s’ils ont des besoins ponctuels auxquels répondre. Je remercie tous mes employés, ainsi que les gens qui sont solidaires avec nous en relayant nos messages et en achetant nos produits », mentionne l’entrepreneur qui en profite pour saluer la collaboration de la microbrasserie lanaudoise L’Ours brun dans cette grande aventure.

Et dire que tout ce projet est parti d’une simple séance photo de quelques employés avant la crise. Des photos prises dans le Vestiaire, une petite salle du restaurant de Terrebonne. Éric Champoux ne voulait pas lâcher son équipe et elle ne l’a pas lâchée. La créativité paye toujours et visiblement, les gens ne sont pas insensibles à cette mobilisation, à cette solidarité qui veut que l’on ne laisse personne derrière. Car dans ce cas, penser local, c’est penser La Chambre.

Les bières de La Chambre sont disponibles dans les points de vente suivants : IGA Extra Terrebonne (675, boulevard des Seigneurs, Terrebonne), IGA Alimentation Proulx Terrebonne (2120, chemin Gascon, Terrebonne) et Dépanneur Richard Patenaude (2685-B, chemin Ste Marie, Mascouche).

Partager cet article

Commentez l'article

avatar