Plan Vert : Terrebonne passe de la parole aux actes

ÉVÉNEMENT ENVIRONNEMENTAL DE L’ANNÉE

Après deux ans et demi de travail, la Ville de Terrebonne a dévoilé, le 30 mai 2006, son Plan Vert, un plan d’action audacieux attendu depuis longtemps afin de dégager une vision concrète de développement durable.

Éric Ladouceur

Ce jour-là, Terrebonne est devenue la première ville au Québec à se doter d’un plan environnemental qui touche toutes les sphères municipales, de la gestion municipale, à la gestion de l’air, de l’eau, des sols, du patrimoine forestier et des espaces verts, en passant par la gestion des matières résiduelles, des neiges usées, ainsi que des nuisances et du bruit.

Audacieux, le Plan Vert de Terrebonne est aussi très innovateur de par la façon dont il interpelle la population. Lors du lancement, le maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, et le président de la Commission de la gestion et de l’entretien du territoire, de l’environnement et du patrimoine, Jean-Luc Labrecque, ont longuement insisté sur l’implication de la population comme gage du succès du Plan Vert : « Êtes-vous tannés d’entendre des discours sur l’environnement sans que rien ne bouge? À Terrebonne, on a décidé d’arrêter de discuter et d’étudier, on a décidé d’agir et on a besoin de vous pour que le Plan Vert marche », avaient lancé MM. Labrecque et Robitaille devant des jeunes et des citoyens réunis pour l’occasion au parc Civique.

Outre la population, la Ville aussi s’est engagée à revoir ses pratiques afin de les rendre plus « vertes », et déjà en 2007, un montant de 230 000 $ a été prévu à cet effet. Un petit pas pour la municipalité, mais un grand pas pour l’humanité.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar