Pour le PCC, le Bloc n’a plus sa place

Pour le PCC, le Bloc n’a plus sa place

En visite dans la circonscription de Montcalm, la candidate du Parti conservateur du Canada (PCC) Gisèle DesRoches, accompagnée du député de Charlesbourg–Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, tenait à mettre en valeur les dossiers sur lesquels elle entend travailler une fois élue. Son collègue Pierre Paul-Hus a d’abord rappelé que tout vote pour le Bloc Québécois est un vote perdu. «Le Bloc a eu sa raison d’être, mais aujourd’hui, 25 ans plus tard, elle est inexistante», mentionne-t-il. Selon lui, au cours des dernières années, les députés conservateurs ont été plus efficaces à défendre les intérêts des Québécois que le Bloc. «Leur façon contestataire de fonctionner nuit plus au Québec qu’autre chose. Nous sommes d’accord avec la plupart des revendications du Québec, comme l’impôt unique», affirme-t-il. Gisèle DesRoches a fait le tour de la circonscription et en a conclu que plusieurs dossiers sont préoccupants. «Les infrastructures sont dans un triste état et les systèmes d’aqueduc ont besoin d’être refaits. La situation des agriculteurs est aussi préoccupante. Nous avons perdu beaucoup de fermes laitières dans la région, et j’entends mener le dossier de l’aéroport de Saint-Roch à Ottawa», indique Mme DesRoches. (Texte : Stéphane Fortier)

Partager cet article

1
Commentez l'article

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Ginette Clément Auteurs de commentaires récents
Ginette Clément
Invité
Ginette Clément

Madame DesRoches, il ne faut pas attendre en octobre pour le dossier de l’aérodrome de St-Roch. La seule option appropriée en ce moment est que tous les candidats de Montcalm, tous partis confondus, se rallient à la population de St-Roch et aux résultats du référendum de 96,2% pour impliquer tous les chefs de partis et demander au Ministre Garneau de refuser ce projet sur le site projeté de St-Roch. Le promoteur ayant déposé son rapport le 13 août, le ministre dispose de 30 jours à partir de cette date.