Pour mieux se protéger

Pour mieux se protéger
Bien que 22 cas de maladie de Lyme aient été déclarés dans Lanaudière en 2019, la surveillance ne démontre pas qu’il y a des zones endémiques de tiques contaminées par la bactérie de la maladie de Lyme dans la région.

PIQÛRES D’INSECTES

Les tiques et les moustiques peuvent transmettre différentes infections et maladies, c’est-à-dire la maladie de Lyme, le virus du Nil occidental, les virus du sérogroupe Californie et le virus de l’encéphalite équine de l’Est. Il est donc important de bien se protéger de leur piqûre, rappelle la Direction de santé publique de Lanaudière.

La maladie de Lyme est causée par une bactérie transmise par une tique infectée. Le symptôme le plus courant est une rougeur sur la peau. Elle apparaît dans 60 % à 80 % des cas, généralement entre 3 et 30 jours après la piqûre. Il faut traiter la personne le plus rapidement possible.

Pour mieux se protéger de cette infection, on peut : marcher dans les sentiers; utiliser un chasse-moustiques; porter des vêtements de couleur claire, des souliers fermés et un chapeau; entrer son chandail dans son pantalon et le bas de son pantalon dans ses chaussettes; au retour de l’activité, examiner les animaux de compagnie, les vêtements et l’équipement, puis prendre un bain ou une douche et inspecter son corps ou celui des enfants. Si une tique s’est accrochée à la peau, la retirer minutieusement, dès que possible, idéalement dans les 24 heures suivant l’activité.

Au cours de l’année 2019, 22 cas de maladie de Lyme ont été déclarés à la Direction de santé publique, dont 13 étaient d’acquisition probable dans la région.

Le VNO, les VSC et l’EEE

Le virus du Nil occidental (VNO), les virus du sérogroupe Californie (VSC) et l’encéphalite équine de l’Est (EEE) sont pour leur part des infections transmises par la piqûre d’un moustique infecté. Bien qu’elles n’entraînent pas toujours de symptômes, elles peuvent causer des problèmes de santé graves, tels que des atteintes neurologiques. Il est possible de s’en prémunir par des mesures simples : utiliser un chasse-moustiques à base de DEET ou d’icaridine et porter des vêtements longs, clairs et légers; installer des moustiquaires aux portes et aux fenêtres de la maison, aux abris extérieurs et sur les réservoirs d’eau de pluie; éliminer toute source d’eau stagnante autour de son milieu de vie.

En 2019, trois cas de VSC ont été rapportés à la Direction de santé publique.

Pour plus d’informations, visitez le www.quebec.ca/piqures. (MS)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar