Pour parler de « Ça »

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Pour parler de « Ça »
André Sauvé sera au TVT pour présenter Ça, son troisième spectacle. (Photo : Pierre Manning)

ANDRÉ SAUVÉ AU TVT LES 29 ET 30 DÉCEMBRE

Pendant la période des Fêtes, l’humoriste André Sauvé vient nous jaser de Ça. Il sera au Théâtre du Vieux-Terrebonne les 29 et 30 décembre pour présenter sa vision de ce qui est banal et de ce qui est fondamental à travers son troisième spectacle.

André Sauvé explore ce que nous sommes. Il se pose – et nous soumet en même temps – toutes sortes de questions qui mettent en lumière la cohabitation entre l’essentiel et le commun. Il nous explique à sa façon que nous sommes le fruit de cette cohabitation en apparence contradictoire.

Banal vs fondamental

«C’est une chose qui me fascine depuis toujours et qui m’habite dans mon quotidien. C’est ce que je partage. Ces questions-là, je les pose, mais j’ai peu de réponses à offrir. J’aime bien l’idée qu’on réfléchisse ensemble et l’idée de partager cette expérience. J’aime aussi que les gens partent avec leur propre questionnement. Tu sais, je trouve souvent plus fertile d’avoir une réflexion plutôt que de donner une réponse», confie André Sauvé.

« Je trouve souvent plus fertile d’avoir une réflexion plutôt que de donner une réponse. »

En tournée depuis un certain temps, l’humoriste dit avoir hâte de se présenter au TVT. «Je suis très content d’y être pendant le temps des Fêtes. Les gens sont de bonne humeur, on ne sait plus quel jour on est, ça me plaît beaucoup. Disons que c’est le fun de parler aux gens lorsqu’ils ont déboutonné leur ceinture et qu’ils se sentent plus lousses», image l’humoriste.

C’est ça qui est ça!

Pour André Sauvé, Ça, c’est aussi un peu de tout. C’est l’être humain, cette «drôle de bibitte», comme il aime dire. C’est ce qui est et ce qui n’est pas. C’est le renoncement ou «de reconnaître que les choses changent».

C’est le chemin que l’on aime ou c’est de ne pas prendre le chemin que l’on n’aime pas. «En fait, c’est aussi essentiel de savoir où on ne veut pas aller. J’en parle dans un numéro, soit de trouver son « ça » en dedans de soi. C’est autant de trouver le bon moment pour pousser, pour arriver à notre but, que le bon moment pour lâcher prise.»

Réflexions songées, mais légères

Depuis le début de sa carrière, les petites questions, comme les grandes, sont tout aussi importantes, mais non pas moins risibles.

«C’est réflexions-là, on peut en rire beaucoup. Ce n’est pas nécessairement lourd, se poser des questions, ça peut être léger, ludique et ça rend le chemin plus intéressant. Petites et grandes réflexions, ça a toujours été mes sujets, c’est mon terreau, c’est ce qui me fascine. C’est ce regard que j’ai dans la vie et je n’en fais pas le tour (rires).»

André Sauvé est un grand curieux. «J’ai toujours été comme ça. Plus jeune, il arrivait que ma mère me demande d’arrêter de poser des questions à ma grand-mère. Elle disait que je lui donnais des maux de tête (rires).»

Beau fou

Ce «beau fou», comme l’ont qualifié Yvon Deschamps et Judy Richard, vous fera surtout rire. «Il y a beaucoup de choses très drôles dans ces questions. Ça amène peut-être à la réflexion, mais avec légèreté. Parce que c’est le but, rire et passer un bon moment ensemble», conclut André Sauvé.

Pour assister au spectacle Ça d’André Sauvé les 29 ou 30 décembre, il suffit de visiter le www.theatreduvieuxterrebonne.com ou de téléphoner au 450 492-4777.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar