Pourquoi certaines réparations sont retardées

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Pourquoi certaines réparations sont retardées
La dangerosité, l’urgence et la complexité sont certains des éléments qui peuvent expliquer le délai de traitement et de réparation des bris d’équipements de la Ville de Terrebonne.

La dangerosité, l’urgence et la complexité sont certains des éléments qui peuvent expliquer le délai de traitement et de réparation des bris d’équipements de la Ville de Terrebonne.

Celle-ci a convié, le 11 mars, la presse locale à un breffage technique sur le thème des travaux publics et, plus spécifiquement, sur le processus de réparation de certains bris sur son territoire. La rencontre avait pour but de répondre aux questions les plus communément soulevées par les citoyens, notamment en regard des délais de traitement de certains travaux, des priorités d’intervention et des pratiques de gestion des équipes de la Ville.

« À part nous aviser d’un bris, les citoyens nous demandent très souvent pourquoi des travaux ne sont pas faits immédiatement après un bris », a mentionné Yannick Venne, directeur adjoint à la Direction de l’entretien du territoire, responsable entre autres du service technique et de la gestion contractuelle.

« Le premier aspect que l’on examine après un bris est la dangerosité de la situation. Lorsqu’elle peut être dangereuse pour les personnes ou les biens publics, il n’y aura pas de compromis et la réparation sera effectuée de façon imminente. Autrement, il y a une série de circonstances pouvant influencer la décision », a-t-il expliqué.

Gravité et complexité

La gravité du bris et la complexité de la réparation ou l’urgence de la situation en sont quelques un. « Parfois, il s’agit de solliciter l’expertise d’un fournisseur externe et de procéder à un appel d’offres public. À d’autres moments, ce sont les conditions météorologiques défavorables qui ne permettent pas ou compliquent l’exécution des travaux, allongeant ainsi les délais. Le coût des travaux doit aussi être analysé dans le processus. Disons qu’il faut trouver un équilibre afin d’en faire davantage avec l’argent des contribuables, a-t-il précisé.

« Par exemple, le bris d’aqueduc dans le parc industriel à Terrebonne-Ouest. C’est une conduite maîtresse qui alimente le parc industriel. Cependant, nous avons constaté que la fuite était sous contrôle. Personne ne manque d’eau et la fuite n’affecte pas la chaussée. Or, dans ces circonstances, il vaut mieux aller en appel d’offres. »

Ainsi, la température, les conditions techniques de réalisation, la disponibilité des ressources et les coûts ne sont que quelques-uns des facteurs qui influencent l’exécution et parfois le report de certains travaux.

Nouvelle page Web

« Il est important que les citoyens sachent que nous connaissons les bris qu’il y a eu sur notre territoire. Je comprends que les gens se questionnent. Cependant, nous ne sommes pas inactifs et agissons selon les circonstances », a conclu M. Venne.

Pour en savoir davantage, visitez le www.ville.terrebonne.qc.ca/info-travaux.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar