Près de 100 jeunes formés pour le marché du travail

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Près de 100 jeunes formés pour le marché du travail
La jeune Élisabethe Geoffroy entourée du député de Montcalm, Luc Thériault, du maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, du ministre fédéral Pablo Rodriguez et de la directrice générale de l’ASLM, Renée Chartier. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

De passage dans la région le 28 février, le ministre fédéral Pablo Rodriguez a rendu visite à l’Atelier spécialisé Les Moulins (ASLM), à Mascouche, et rappelé l’aide financière de 950 000 $ répartie sur trois ans qui a permis à cette entreprise de soutenir des dizaines de jeunes en leur permettant de développer des compétences pour accéder au marché du travail.

Financé en partie par le gouvernement du Canada dans le cadre de la Stratégie emploi jeunesse, le projet Connexion compétences permettait aux jeunes de 16 à 30 ans non seulement de vivre une première expérience de travail à l’ASLM, mais également d’acquérir des compétences en vue d’un emploi futur.

Selon la directrice générale de l’ASLM, Renée Chartier, une centaine de jeunes ont bénéficié de ce «programme essentiel» d’une durée maximale de 40 semaines. Ils pouvaient notamment apprendre le rembourrage, la couture et la menuiserie.

«Plusieurs jeunes sont dans un cercle vicieux : ils n’ont pas d’expérience parce qu’ils n’ont pas d’emploi et ne sont pas capables d’avoir un emploi parce qu’ils n’ont pas d’expérience. Comment vont-ils faire pour acquérir de l’expérience si personne ne leur en donne la chance?» a souligné le ministre Rodriguez.

Exemple concret

Élisabethe Geoffroy, une Mascouchoise de 16 ans, est un exemple concret des répercussions positives que le programme a eues pour certains. «Quand j’ai envoyé des CV à 30 ou 40 compagnies, on me répondait toujours que je n’avais pas assez d’expérience. J’ai appris la couture en arrivant ici et j’ai adoré ça. J’ai envoyé des CV par la suite et sept compagnies voulaient de moi», a raconté la jeune femme de 16 ans qui travaille aujourd’hui chez Atis portes et fenêtres.

Devant une telle histoire à succès, La Revue a demandé au ministre libéral si ce programme serait reconduit ou si un autre similaire serait lancé par son gouvernement, mais il ne pouvait répondre à la question pour l’instant. «Je vais certainement glisser un bon mot et en faire part au ministre de l’Emploi [Patty Hajdu].» Il ajoute qu’une entreprise comme l’ASLM «peut jouer un rôle fondamental» dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre qui sévit actuellement.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar