Projet de cocréation pour les 12-17 ans

Projet de cocréation pour les 12-17 ans
Les jeunes ont jusqu’au 30 avril pour faire part de leur volonté de contribuer au projet.

Les adolescents de 12 à 17 ans sont invités à soumettre leur candidature pour J’ai d’quoi à dire!, un projet artistique de cocréation de 13 œuvres d’arts visuels, encadré par l’artiste de Terrebonne Olivier Lamarre.

Le tout donnera lieu à un montage graphique jumelant photographie, image et court texte qui exprimera l’opinion des jeunes sur des sujets qui les touchent. On souhaite ainsi offrir un produit final qui se voudra représentatif d’une génération avec des mots porteurs d’inclusion sociale, où la langue française sera mise en valeur.

Tout au long des étapes de création, les jeunes seront accompagnés par l’artiste multidisciplinaire Olivier Lamarre. À travers cette expérience de création, les participants seront appelés à approfondir leurs réflexions sur les façons de transmettre des messages percutants et de comprendre la cohabitation des éléments tels que les images, les textes et les couleurs.

«Permettre à des jeunes de pouvoir s’exprimer à travers l’art et les encourager à concrétiser leurs idées dans leur communauté est une opportunité qu’offre cette démarche artistique qu’il faut valoriser», croit Caroline Desbiens, présidente de la Commission de la culture, du patrimoine et du tourisme de la Ville de Terrebonne. Trois rencontres de création auront lieu à la bibliothèque de l’Ïle-des-Moulins, soit les 15, 18 et 19 mai. Une fois réalisées, les œuvres seront exposées dans le parc Saint-Sacrement. Le grand dévoilement sera célébré lors des Journées de la culture en septembre.

Pour participer, les jeunes sont invités à remplir le formulaire d’inscription sur le portail des bibliothèques à www.biblio.ville.terrebonne.qc.ca d’ici le 30 avril. Un comité de sélection se réunira pour choisir parmi les candidatures déposées.

Le projet J’ai d’quoi à dire! est réalisé dans le cadre de l’entente de développement culturel entre la Ville de Terrebonne et le ministère de la Culture et des Communications. (PC)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar