Réaliser des projets sociaux

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Réaliser des projets sociaux
« Nos revenus sont réinvestis dans la qualité du service. C’est là notre grande importance », de lancer Bruno Ferrari, directeur général de Dianova Canada. (Photo : Olivier Lamarre)

La croissance que connaît Dianova Canada depuis le début des années 2000 montre qu’il est possible d’aller de l’avant avec des projets dont le bénéfice est social et de réussir.

Historiquement, Dianova a acquis une compétence dans le traitement des dépendances avec hébergement. Cependant, l’entreprise d’économie sociale a planifié son développement pour être parfaitement en accord avec sa mission plus globale : la mise en place d’un milieu de vie de qualité et sécuritaire pour des personnes aux prises avec des problématiques particulières.

La planification

« Une entreprise d’économie sociale doit, comme toute entreprise privée, voir à long terme et penser financement, avec un plan d’affaires, une planification pluriannuelle de 3 à 5 ans et une vision de 5 à 10 ans », indique Bruno Ferrari, directeur général de Dianova Canada.

Si l’organisme a subi quelques transformations depuis sa fondation en 1989, le modèle de l’entreprise d’économie sociale a attiré les administrateurs et dirigeants. « Dans notre réflexion et nos recherches, nous nous sommes reconnus dans ce mouvement, car au-delà d’être un organisme communautaire, nous pouvions, avec un bon plan de développement, obtenir un plus grand impact. »

Pour M. Ferrari, l’importance des entreprises d’économie sociale ne fait pas de doute. « De telles entreprises ne sont pas à la recherche de profits. En fait, notre bénéfice est social. Nos revenus sont réinvestis dans la qualité du service. C’est là notre grande importance. »

Une croissance constante

La croissance de Dianova Canada s’est toujours transformée en bénéfice social. Après le centre de traitement des dépendances, qui accueille chaque année plus de 200 personnes, Dianova a pensé diversification et a réalisé, depuis 2009, deux projets de logements sociaux avec suivi communautaire pour les personnes à risque d’itinérance ou en situation d’itinérance. Un troisième devrait être livré en 2019 ou 2020. Au total, ces trois projets totaliseront 65 logements.

S’y ajoutent l’unité multifonctionnelle de cinq lits et l’unité Dianova TSA. « Dans nos plans stratégiques, nous avons développé une unité indépendante de notre centre de Terrebonne pour les personnes qui se trouvent dans les structures de santé de la région et qui pourraient être aux prises avec un problème de consommation. »

« Et en 2015, poursuit le directeur général, nous avons participé à un appel d’offres du gouvernement pour développer des unités d’hébergement pour jeunes et jeunes adultes autistes et avec troubles graves du comportement. Nous avons réalisé un projet pour ces besoins spécifiques. Tout a été pensé pour l’usager. »

Diversifier les services, c’est aussi diversifier les revenus. Depuis 2010, Dianova Canada exploite, au centre de Terrebonne, un entrepôt de vente de biens et de meubles à prix modique. Avoir un bénéfice social, c’est aussi bien gérer les dons de biens, réduire ses frais d’exploitation et se financer.

Changer les choses

Enfin, « Dianova est un partenaire idéal pour nos entreprises qui cherchent à déployer un projet de responsabilité sociale, assure Bruno Ferrari. Ça peut être du bénévolat, du bénévolat d’entreprise, du team building ou même du coaching entre professionnels. » Car tous ont ce pouvoir de changer les choses et de contribuer au bénéfice social.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar