Russell Martin se sent prêt

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Russell Martin se sent prêt
Russell Martin a rencontré les journalistes au Centre de soccer multifonctionnel de Terrebonne pour faire le point sur l’échange qui le mènera à Los Angeles. (Photo : Gilles Fontaine)

Le «nouveau» Dodgers Russell Martin était de passage à Terrebonne le 21 janvier pour un entraînement léger et pour faire le point sur l’échange qui l’a fait passer des Blue Jays de Toronto à la formation qui l’a repêché au 17e tour en 2002.

L’athlète entreprend la dernière année de son contrat de cinq ans avec beaucoup d’optimisme.

«C’est excitant! C’est comme si je revenais à mes racines», a-t-il lancé.

C’est lors d’un entraînement avec quelques joueurs des Blue Jays en Floride qu’il a appris qu’il retournait en Californie.

«Pendant l’entraînement, j’ai eu une discussion avec le directeur général et il m’a avisé que c’était peut-être les Dodgers. J’ai poursuivi l’entraînement sans rien dire et sans que ça paraisse. Je ne savais pas trop quoi penser. C’était comme un script de film. Je suis repêché par les Dodgers, je passe quelques années. Je me blesse et on m’échange parce qu’on pense que je suis fini. Je me retrouve chez les Yankees, ce n’est pas rien. Après c’est Pittsburgh, une équipe moyenne, dit-on, et pourtant, nous avons fait les séries deux années de suite. Par la suite, Toronto et deux autres années de séries de fin de saison. Et maintenant, ce sont les Dodgers. Je me retrouve à avoir une autre chance d’aller jusqu’au bout avec L.A.», a mentionné Russell Martin.

Martin a donné le feu vert

Parce qu’il en avait déjà discuté avec la direction des Jays, Russell Martin n’a pas été surpris de quitter Toronto.

«C’est pratiquement moi qui leur ai donné le feu vert. Je leur avais dit de ne pas hésiter s’ils avaient un échange à faire pour le bien de l’organisation», a précisé l’ange. «Les Blue Jays m’ont montré beaucoup de respect, je dois dire. Et en plus, on m’envoie dans un club qui a encore de bonnes chances d’aller en séries mondiales. Ça aurait pu être pire.»

Comme chaque saison, Russell Martin donnera son maximum. «J’ai encore du “gaz dans la tank”. Je ne connais pas leur plan, on en discutera lors du camp d’entraînement. Disons que je veux leur forcer la main en connaissant un excellent camp. Je me sens bien. Je ne veux surtout pas que ce soit ma dernière année, alors je vais tout donner, comme d’habitude. Je veux faire partie de l’équipe et avoir mon rôle. Et je veux surtout gagner», a conclu Russell Martin.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar