SALON DE L’EMPLOI 2019 : Vivre à temps plein dans mon quartier

Photo de Mélanie Savage
Par Mélanie Savage
SALON DE L’EMPLOI 2019 : Vivre à temps plein dans mon quartier
Voici le comité organisateur avec deux participants du premier Salon de l’emploi des Moulins en novembre 1999 : (à l’avant) Martine Meilleur, Micheline Paquette (Moody), Raymond Loyer (Composantes internationales), Karine Robinson, Renée Courchesne, (à l’arrière) Michel Girard, Céline Leblanc, Sylvie Lecompte, Suzanne Trickey, Myriam Houle Paquette, André Chartrand et Louis Cossette. Absente ici : Monique Bastien. (Photo : archives La Revue)

LE SALON A 20 ANS

«Des retombées majeures», voilà le titre qui trône au haut de l’article présentant les conclusions du premier Salon de l’emploi des Moulins. Une grande et fructueuse tradition était née. Le slogan du temps, «Vivre à temps plein dans mon quartier» est toujours d’actualité aujourd’hui.

Ce rendez-vous est né des suites du Salon des industriels, un événement tenu en 1998 et qui s’inscrivait dans le cadre des fêtes des 325 ans de la ville de Terrebonne. Le Salon, qui avait attiré 500 personnes, posait un premier jalon de ce qui allait devenir le Salon de l’emploi.

Donc, les vendredi 5 et samedi 6 novembre 1999 – le Salon se tenait alors à l’automne –, 21 entreprises manufacturières œuvrant dans des domaines tels la métallurgie, le meuble, le bois, le plastique et l’informatique cherchent à pourvoir 200 postes spécialisés et non spécialisés. Plus de 1 360 visiteurs s’y déplacent et 85 des 200 postes, près de 45 %, trouvent preneurs sur place. On jubile.

Le journaliste, un certain… Gilles Bordonado, souligne que les retombées ne se limitent pas au recrutement, «puisqu’Emploi-Québec poursuit son travail auprès des chercheurs d’emploi, en initiant des formations dans des secteurs en demande, dont la soudure-assemblage et la métallurgie. De plus, on a créé des liens avec diverses entreprises pour orchestrer leur service d’embauche», confie alors Michel Girard, du Centre local d’emploi (CLE) des Moulins, aujourd’hui directeur des CLE du sud de Lanaudière.

Des organisateurs persévérants

Bien que l’identité des membres du comité organisateur ait changé, les mêmes organismes sont à la tête de l’événement : Emploi-Québec, le ministère fédéral Développement des ressources humaines Canada, intégré à Emploi-Québec, le Centre local de développement économique des Moulins (maintenant la MRC Les Moulins) et le CFP des Moulins, qui accueille toujours le rendez-vous. La Revue est encore, 20 ans plus tard, un fidèle partenaire de l’événement.

Si en 1999, pas moins de 75 % de la main-d’œuvre de la MRC se dirigeait vers Montréal pour gagner sa croûte, ce n’est plus le cas en 2019, puisque cette proportion atteint maintenant 50 %, note Claude Robichaud, directeur général de la MRC Les Moulins.

Ce dernier rapporte qu’aujourd’hui, comme il y a deux décennies, on vante toujours les conditions de travail offertes par les entreprises d’ici. Il souligne à grands traits tous les avantages de travailler à deux pas de chez soi. Il précise aussi que l’événement a évolué avec son temps avec l’apparition d’un site Internet (regionautravail.com), l’ajout du babillard de l’emploi d’Emploi-Québec et de plusieurs entreprises œuvrant dans d’autres secteurs que le manufacturier.

Mais aujourd’hui, comme il y a 20 ans, il n’y a pas de meilleurs moyens de mettre en lien des travailleurs potentiels et des entreprises à la recherche de perles rares.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar