Session mouvementée, mais satisfaisante pour Luc Thériault

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Session mouvementée, mais satisfaisante pour Luc Thériault
Luc Thériault, député de Montcalm, agit aussi comme vice-président du Comité permanent de la santé. (Photo : archives)

L’heure est au bilan du côté des députés fédéraux, alors que la session parlementaire s’est terminée à la fin du mois de juin. Le député de Montcalm, Luc Thériault, s’est dit au cœur de la crise de la COVID-19 par son rôle de vice-président du Comité permanent de la santé, mais ce sont surtout ses actions pour soutenir les aînés qu’il met de l’avant.

Étant donné la pandémie, tous les travaux au Parlement devaient porter sur la COVID-19. « Nous ne pouvions donc pas exiger que le gouvernement augmente la pension de vieillesse », explique le député du parti qui s’était engagé à demander une hausse de 110 $ par mois pour les 65 ans et plus. Il ajoute cependant que le Bloc Québécois est « allé chercher » un soutien financier de 100 $ par mois pour les aînés par l’entremise de mesures liées au coronavirus. « Nous voulons maintenant faire en sorte que ce soit permanent », assure-t-il.

Relativement à la crise sanitaire, M. Thériault se dit heureux du travail accompli. Il souligne le travail que son équipe a effectué pour rapatrier des ressortissants pris à l’extérieur du pays, ainsi que l’aide qui a été fournie par son bureau de circonscription à 200 citoyens en lien avec la PCU, les revenus aux aînés et aux personnes handicapées et l’assurance-emploi. Au total, 58 entreprises locales ont aussi été aidées, dit-il.

Au cœur de la crise

Quant à son poste de vice-président du Comité permanent de la santé, l’élu affirme avoir été au cœur de la crise en interrogeant des scientifiques, des experts en santé publique et des intervenants de première ligne pour trouver des solutions à la crise sanitaire. « Nous avons tenu une quarantaine de réunions. J’étais en première ligne de ce qu’on pouvait savoir du virus et de ce qu’il fallait faire pour passer au travers, illustre-t-il. On en connaît très peu sur le virus, il n’y a aucun vaccin, aucun antiviral et pas de tests sérologiques. […] Tout ce qu’on peut faire, c’est gérer le temps et l’espace. […] On ne veut pas avoir à faire de la discrimination parce qu’il n’y a qu’un [respirateur] pour plusieurs patients. […] Mettez votre masque. Soyez très rigoureux avec les mesures d’hygiène et sanitaires parce qu’on est devant un ennemi dangereux. »

Sept projets de loi du Bloc

Par ailleurs, le Bloc a entamé l’année en menant des combats importants pour le Québec et en déposant sept projets de loi, rappelle M. Thériault en citant les dossiers concernant la bonification des prestations de maladie de l’assurance-emploi, la protection accrue pour l’aluminium du Québec, le projet de loi pour la protection des producteurs agricoles, ainsi que le projet de loi afin que Québec ne se fasse plus imposer la volonté du fédéral en ce qui a trait à l’aménagement du territoire et à l’environnement.

« Quant à moi, j’ai déposé mon projet de loi visant à modifier la Loi sur le multiculturalisme canadien pour la rendre inapplicable au Québec et pour que nous puissions décider nous-mêmes de notre modèle d’intégration, basé sur la protection de la langue française, l’égalité des sexes et la séparation de l’État et de la religion », conclut-il.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar