Shihan Raynald, le « Ray-ssembleur » jamais oublié

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Shihan Raynald, le « Ray-ssembleur » jamais oublié
Une cinquantaine d'adeptes du karaté ont participé à cet entraînement de karaté commémoratif. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Une cinquantaine de karatékas qui ont connu le Shihan Raynald Lamarre à un moment de leur vie ont organisé une séance de karaté en plein air, le 16 juillet à l’Île-des-Moulins, trois ans jour pour jour après que ce Terrebonnien spécialiste du karaté et du kickboxing soit décédé subitement d’un malaise cardiaque à l’âge de 56 ans.

Ceinture noire cinquième dan, Raynald Lamarre a ouvert une école de karaté en 1980 sur la rue Beaubien, à Montréal. Il était un grand ami d’Alain Bonnamie, qui en plus d’être son partenaire de karaté et de kickboxing, était comme un frère pour lui. C’est M. Bonnamie et la veuve de Raynald Lamarre, Manon Lavoie, qui ont organisé l’événement. L’an passé, 90 personnes s’étaient rassemblées à la mémoire de M. Lamarre sur le mont Royal. «C’était quelqu’un de tellement généreux de sa personne! Il avait toujours du temps pour tout le monde. On l’appelait le « Ray-ssembleur »», se souvient Mme Lavoie.

«C’était un combattant incroyable, mais c’était avant tout un être humain exceptionnel. Il était vraiment comme un frère pour moi. Raynald, c’était un aimant, et tu avais toujours le goût de passer du temps avec lui», renchérit Alain Bonnamie, connu du grand public pour sa carrière comme boxeur.

Inspiration

C’est justement M. Bonnamie qui a dirigé l’entraînement. Malgré la chaleur et l’humidité, les karatékas de tous âges, dont la majorité portait à la taille une ceinture noire, se sont donnés pendant l’entraînement. S’ils avaient besoin d’une dose d’inspiration et de courage supplémentaire, ils pouvaient regarder la photo grand format de Raynald Lamarre qu’ils avaient droit devant eux et se rappeler que c’était pour rendre hommage à celui que plusieurs surnommaient «Cœur de lion» qu’ils étaient réunis.

«Raynald gagnait ses combats avant même qu’ils ne commencent juste par son attitude et son regard qui intimidaient parfois l’adversaire», se souvient Chantal Lamarre, la sœur du défunt. Mais plusieurs sont convaincus qu’il continue de veiller sur ceux qui ont croisé son chemin, que ce soit dans un dojo ou ailleurs. Comme le dit d’ailleurs son épitaphe : «À la vie, à Lamarre».19

Partager cet article
GPAT

3
Commentez l'article

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Jean-PierreAnna MIrene McClintock Auteurs de commentaires récents
Irene McClintock
Invité
Irene McClintock

MERCI TRES BELLE ARTICLE

Anna M
Invité
Anna M

Wow ! Quel un bel hommage !

Jean-Pierre
Invité
Jean-Pierre

100% mérité je le croisais souvent à l’heure du dîner chez Ezo sushi et chez Ritz .toujours prêt à échanger avec le monde.UNE INSPIRATION QUI VIT À L’INTÉRIEUR DE CEUX QUI ONT CONNU CET ÊTRE HUMAIN EXCEPTIONNEL