Libre opinion

Par Gilles Bordonado
Libre opinion
Gilles Bordonado

Sondage

Intéressant, le sondage commandé par la Ville de Terrebonne et réalisé par BIP Recherche du 15 octobre au 4 novembre, quelques jours avant celui mené par La Revue sous les bons soins de Mainstreet Québec. Le sondage de la Ville analyse en profondeur la satisfaction des citoyens vis-à-vis l’ensemble des services municipaux. En regardant l’ensemble des services, le sondeur évalue globalement que 80 % des citoyens sont satisfaits des services collectifs offerts par Terrebonne.

L’administration de Marc-André Plante a raison de se dire heureuse de ces résultats. Ils témoignent de la satisfaction des citoyens envers une pléiade de services municipaux, en particulier dans les domaines de la sécurité incendie, des loisirs, de l’aqueduc, de la collecte des matières résiduelles, de la police et de l’urbanisme.

Humilité

Preuve qu’une certaine humilité semble se frayer un chemin dans le discours municipal à Terrebonne, on parle de «place à l’amélioration» et de «volonté de faire mieux» dans certains domaines, ce qui sonne comme de la musique à mes oreilles, pour paraphraser le premier magistrat de Terrebonne. On parle ici de l’entretien routier, de la fluidité de la circulation, du déneigement et dans une moindre mesure du transport en commun, des thèmes récurrents depuis l’arrivée de l’administration actuelle.

Le taux de satisfaction obtenu dans le sondage mené par Mainstreet Québec pour La Revue était passablement plus sévère, ne rapportant que 60 % de satisfaits et de très satisfaits.

Employés d’exception

Alors que la Ville de Terrebonne traverse l’une des plus grandes crises de son histoire dans sa relation avec ses ressources humaines, les citoyens semblent comblés par le travail des travailleurs municipaux. Le maire Plante n’a d’ailleurs pas manqué d’applaudir le travail des employés, ce qui est tout à son honneur. Ce taux de satisfaction exceptionnel se retrouvait aussi résumé dans le sondage mené pour le compte de La Revue le 7 novembre 2019.

Quant à savoir si les citoyens jugent en avoir pour leur argent, le malaise palpable dans notre sondage (48 %) est sensible aussi dans le sondage municipal, alors que 37 % des Terrebonniens sondés jugent ne pas en avoir pour leur argent. Rappelons que ces deux sondages ont été commandés avant la nouvelle hausse de taxes annoncée en décembre, annonce qui a été décriée par nombre de Terrebonniens.

Je comprends très bien que l’administration du maire Marc-André Plante n’ait pas questionné directement les citoyens sur la taxation ou sur l’évaluation de son travail, comme l’a fait La Revue dans son sondage.

En politique, un vieil adage veut qu’il soit plus prudent de ne pas poser une question lorsque tu n’en connais pas assez précisément la réponse.

Dans ce cas comme dans l’évaluation du travail du maire Marc-André Plante, qui avait été durement noté dans notre sondage, la prudence était donc de mise.

Je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai vu une administration publique dévoiler les résultats d’un sondage aux résultats résolument défavorables.

Entre-temps, l’administration Plante pourra se promener avec ce sondage positif et espérer que l’embellie apportée ouvre des horizons plus chatoyants…

Méthodologie

En terminant, je ne conteste absolument pas la méthodologie du sondage, qui m’a l’air d’avoir été mené dans les règles de l’art.

Toutefois, simple questionnement, pourquoi les citoyens de La Plaine ne comptent-ils que pour 4 % des répondants lorsque l’on évalue la satisfaction des citoyens envers les services collectifs et comptent pour 16 % lorsqu’il est question des services individuels? Je doute que cela ait pu avoir un impact majeur sur les résultats, bien que les Plainois se soient généralement dits plus insatisfaits de l’administration dans le sondage mené par La Revue.

De plus, au chapitre des communications avec la Ville, les chiffres compilés donnent 139 %. Une chose est certaine, malgré la folie d’Internet et des réseaux sociaux, l’essentiel des communications se fait avec la Ville par téléphone et sur place. Eh bien…

Partager cet article

Commentez l'article

avatar